Fusillade à Brest: L'homme suspecté d'être à l'origine des coups de feu se serait suicidé

ENQUETE Le corps d'un homme suspecté d'être le tireur a été retrouvé à proximité de son véhicule. Selon nos informations, il s'est tiré une balle dans la tête

Thibaut Chevillard

— 

Après la fusillade, le quartier a été bouclé par les forces de l'ordre.
Après la fusillade, le quartier a été bouclé par les forces de l'ordre. — Vincent Gicquel / 20 Minutes

Deux personnes ont été blessées dans une fusillade qui a éclaté ce jeudi après-midi devant une mosquée à Brest (Finistère), indique Le Télégramme. Une information confirmée à 20 Minutes par une source policière. Les faits ont eu lieu vers 16h30, rue de Gouesnou, près du centre culturel et islamique de la ville. Selon nos informations, le tireur qui circulait à bord d’un véhicule Clio gris de marque Renault a ouvert le feu à plusieurs reprises sur un groupe de personnes, avant de prendre la fuite.

Toujours selon nos informations, le véhicule utilisé par le tireur a été retrouvé en fin d’après-midi par les policiers à Guipavas, à l’est de Brest. A côté, le corps d’un homme suspecté d’être l’auteur des coups de feu a été retrouvé. Il semblerait qu’il se soit tiré une balle dans la tête avec l’arme qui a servi à tirer des coups de feu devant la mosquée.

L’imam et un fidèle touchés

Les deux victimes ont été secourues par les pompiers et le Samu. Il s’agit de l’imam de Brest, Rachid el Jay, et d’un fidèle agé de 26 ans. Le quartier a été bouclé par les forces de l’ordre. Les motivations de l’auteurs restent à éclaircir. Une enquête a été ouverte et la police judiciaire de Rennes saisie.

Contacté par 20 Minutes, le parquet de Paris indique que la situation est en cours d’évaluation par la section antiterroriste, en relation avec le parquet de Brest. « Nos services sont mobilisés pour interpeller l’auteur des coups de feu qui ont blessé deux personnes, devant la mosquée de Pontanézen, à Brest », a indiqué sur Twitter le ministre de l’Intérieur.

Christophe Castaner a « demandé aux préfets de renforcer la surveillance des lieux de culte du pays ».