Obernai: Des violences dans un centre pour mineurs dévoilées dans une vidéo

FAITS DIVERS Le foyer SOS Village d’enfants Alsace, à Obernai (Bas-Rhin), est mis en cause à la suite du signalement d’un lanceur d’alerte et d’une députée. « 20 Minutes » a recueilli le témoignage de la sœur de la victime

Nils Wilcke

— 

Une petite fille (Illustration)
Une petite fille (Illustration) — Pixabay
  • Une vidéo montrant une altercation entre une enfant et un éducateur, dans le foyer SOS Village d’enfants Alsace situé à Obernai, dans le Bas-Rhin, a été publiée sur Twitter.
  • La sœur de l’enfant présente sur la vidéo, indique à 20 Minutes que celle-ci aurait subi des violences dans ce foyer.
  • Le parquet de Saverne indique que le directeur du centre et l’éducateur ont porté plainte dès le 11 juin et qu’une enquête est en cours.

Ce sont des images qui font réagir. Sur cette vidéo, un encadrant a une violente altercation avec au moins une jeune fille placée sous sa responsabilité. La scène aurait été filmée dans la nuit du 11 au 12 juin, dans le foyer SOS Village d’enfants Alsace situé à Obernai, dans le Bas-Rhin.

Sur la vidéo, l’éducateur annonce à une jeune adolescente qu’il va porter plainte. On l’entend répéter : « Tu ne me tapes pas. » La jeune fille hurle de son côté à plusieurs reprises : « Lâche-moi ! » Une autre ado réclame la même chose, avec des insultes. L’éducateur semble vouloir entrer dans la structure puis renonce.

« Elle dit qu’elle a subi des violences dans ce foyer »

La jeune fille que l’on aperçoit sur la vidéo serait âgée de 12 ans selon sa sœur, avec qui 20 Minutes est entré en contact. « Tout est parti d’une fugue qu’elle a faite le soir d’avant avec ses copines. Bien sûr, elle n’a pas toujours le comportement qu’il faut mais elle est très jeune. Elle dit qu’elle a subi des violences dans ce foyer. Alors, à force de subir, elle finit par craquer », témoigne sa sœur, qui habite à Strasbourg. Selon elle, il s’agirait de « claques », de « jeunes jetés contre les murs » ou « par terre ».

La vidéo a été diffusée par Lyes Louffok sur Twitter. Ce membre du Conseil national de la protection de l’enfance, lui-même ex-enfant placé et auteur de Dans l'enfer des foyers, un ouvrage retentissant sur les défaillances de l’Aide sociale à l’enfance. « Des témoignages de ce genre, j’en reçois toutes les semaines malheureusement. C’est insupportable. Rien ne justifie que l’on s’en prenne à des jeunes de cette façon », explique à 20 Minutes Lyes Louffok.

« Il m’a bousculée et je suis tombée sur la tête »

Même réaction de la part de la députée LREM Perrine Goulet, qui indique sur Twitter qu’il « faut agir contre ces éducateurs violents. Bravo aux jeunes de leur courage pour cette dénonciation ». Lyes Louffok en a profité pour interpeller le président du département du Bas-Rhin, Frédéric Bierry, en charge de l’aide sociale à l’enfance.

Le département, qui précise que cet établissement « n’est pas l’un de ses services », a eu connaissance des faits dès le 14 juin via un signalement de l’Education nationale à la cellule de recueil des informations préoccupantes (CRIP). Une jeune fille indiquait à son professeur avoir été « tapée par un éducateur », ajoutant : « Il m’a bousculée et je suis tombée sur la tête » et précisant que la scène avait été filmée par une camarade avec un portable. L’enseignante avait pu visionner le film avant d’alerter sa hiérarchie. La vidéo aurait été prise par une camarade des deux jeunes filles présentes à l’écran.

Les éducateurs ont porté plainte

Sollicité, le directeur du foyer où se seraient déroulés les faits répond à 20 Minutes qu'« faut bien regarder la vidéo pour voir d’où vient la violence », suggérant que les images seraient détournées. Le parquet de Saverne indique de son côté que le chef de service et l’éducateur mis en cause ont porté plainte dès le 11 juin. Selon nos informations, un jour d’ITT (interruption temporaire de travail) a été délivré à deux professionnels. C’est la brigade de gendarmerie d’Obernai qui mène les investigations.

En attendant, « les parents des jeunes concernés ont tous été informés de cette situation et des différents événements, indique le département du Bas-Rhin à 20 Minutes. Des réorientations ont été mises en œuvre afin d’apaiser le climat au sein de l’établissement », précise l’institution. Une information confirmée par la sœur de l’enfant présente sur la vidéo.

Comment fonctionne le Village d’enfants SOS d’Obernai ?

Le foyer mis en cause a été fondé en 1960 et gère actuellement 42 enfants. L’association qui gère la structure indique sur son site Internet que la répartition des jeunes se fait dans huit maisons, chacune chapeautées par un éducateur référent.

D’autres éducateurs et éducatrices interviennent auprès de ces enfants, qui sont 234 à avoir bénéficié de cette association depuis sa création. Les enfants sont placés par l’aide sociale à l’enfance des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.