Marseille: Le «très lucratif plan stups» de La Busserine démantelé par la police, 21 personnes interpellées

TRAFIC DE DROGUE Les policiers ont interpellé 21 personnes suspectées d’être membres d’un réseau de trafiquants qui générait 20.000 euros de chiffre d’affaires par jour, dans les quartiers Nord de Marseille

J.S.-M.

— 

Marseille le 17 mai 2011 - La citéŽ de la Busserine dans les quartiers nords de Marseille
Marseille le 17 mai 2011 - La citéŽ de la Busserine dans les quartiers nords de Marseille — P.MAGNIEN / 20 MINUTES
  • Le très convoité réseau de La Busserine, dans les quartiers Nord de Marseille, a été démantelé par la police judiciaire.
  • 21 personnes ont été interpellées, des guetteurs aux gérants.

C’était un des «plans stups » les plus convoités de Marseille. Le réseau qui engrangeait environ 20.000 euros de chiffre d’affaires par jour, à la Busserine, a été démantelé en début de semaine par la police judiciaire, a-t-on appris ce mercredi, confirmant une information de La Provence. 21 personnes ont été interpellées ce lundi.

« On a eu l’intégralité du réseau : guetteurs, vendeurs, superviseurs, nourrices, approvisionneurs et gérants », indique une source à la PJ, précisant que cinq d’entre eux ont déjà été déférés ce mercredi. Six armes, dont deux armes longues, ont été saisies, ainsi qu’un kilo de cannabis, 375 grammes de cocaïne, des livrets de compte et 23.000 euros. Cette somme constitue le chiffre d’affaires moyen quotidien de ce « plan stups ».

Un commando violent qui met la Bac en joue

« Ce réseau étant très lucratif, il fait l’objet d’une lutte violente entre narcotrafiquants », relate une enquêtrice, qui précise que cette lutte s’est même soldée par un règlement de comptes en mai 2018. Les auteurs présumés ont été interpellés. Cette violente lutte de pouvoir a aussi donné lieu à une impressionnante intrusion, toujours en mai 2018. Un commando d’une dizaine d’hommes a fait irruption dans la cité de la Busserine, avant de mettre en joue des policiers de la Bac puis de tirer des rafales en l’air. Quatre membres présumés de ce groupe ont été arrêtés le 12 juin. Deux d’entre eux ont été déférés, les deux autres ont été relâchés.

Ces arrestations font suite à une enquête de huit mois qui a mobilisé 150 enquêteurs de la police judiciaire. « Elles prouvent que notre stratégie proactive est efficace », conclut une gradée.