Nice: Un policier tente de se suicider sur son lieu de travail

MALAISE Retrouvé par un collègue, le quadragénaire s’était taillé les veines et avait absorbé des médicaments

Fabien Binacchi
— 
La caserne Auvare, à Nice
La caserne Auvare, à Nice — ANP / 20 Minutes

En état dépressif, il avait été réaffecté à des missions administratives et son arme lui avait été retirée. Un policier national de la Sûreté départementale des Alpes-Maritimes a tenté de se suicider ce lundi, vers 10h, sur son lieu de travail, à la caserne Auvare à Nice, en se taillant les veines et en absorbant des médicaments.

« C’est un collègue qui l’a retrouvé. La scène était effrayante », a expliqué à 20 Minutes Célya Boumédien, du syndicat Unité SGP Police FO. Rapidement médicalisé et transporté dans un hôpital voisin, l’agent a pu en ressortir dans l’après-midi. Les jours de ce quadragénaire ne sont pas en danger, mais, selon la syndicaliste, ce nouveau « drame évité de justesse » rappelle le « malaise que traverse la police nationale ».

Un « ras-le-bol général »

« Son geste est lié à des problèmes professionnels et personnels qui en découlent directement. Il a traversé beaucoup de situations très compliquées au cours de ses missions et il a éprouvé un ras-le-bol général », avance encore Célya Boumédien.

Et la responsable du syndicat Unité SGP Police FO de regretter que le « malaise ne soit toujours pas pris en compte comme il le devrait ». « Il ne peut pas être réglé par des 'moments de convivialité' », ajoute-t-elle, faisant référence à une note de la direction de la police nationale recommandant notamment l’organisation de « temps collectifs de loisirs » face à la vague de suicides parmi les agents (31 depuis janvier).

Dans les Alpes-Maritimes, selon le syndicat, un policier s’était suicidé en 2016 avec son arme et un autre s’était donné la mort dans une voiture de service en 2013.