Hauts-de-Seine: Un homme soupçonné d'avoir empoisonné pendant des années ses employeurs

ENQUÊTE Un employé de maison de 59 ans est soupçonné d’avoir empoisonné pendant des années ses employeurs à Paris et en banlieue parisienne.

20 Minutes avec AFP

— 

Un commissariat de police. (Illustration)
Un commissariat de police. (Illustration) — Clément Follain / 20 Minutes

Un employé de maison a-t-il empoisonné, pendant des années, les couples chez qui il travaillait ? C’est en tout cas ce que soupçonne la justice qui vient de mettre en examen et d'écrouer cet homme de 59 ans. A la fin 2018, un couple de Neuilly, dans les Hauts-de-Seine, a porté plainte, soupçonnant cet homme de leur avoir fait ingérer, à travers la nourriture, «des somnifères et d’autres substances toxiques », selon le parquet de Nanterre. La femme souffrait de « malaises et de pertes de mémoire importantes » et des analyses réalisées auprès d’un laboratoire privé ont montré la présence de «toxiques» dans leurs organismes, « en dehors de toute prescription », selon la même source.

Le mari du couple a par ailleurs fait le lien avec des symptômes – absences, pertes de connaissance, discours incohérent – dont souffrait sa première femme, retrouvée morte dans son bain en avril 2010. L’autopsie de cette dernière avait montré la présence de la même molécule, du zolpidem, a précisé le parquet.

Une soumission chimique au long terme

Une enquête a été ouverte en février 2019 et des analyses toxicologiques sur les plaignants ont conclu à une « soumission chimique au long terme », soit l’ingestion de faibles doses, non létales, pendant au moins trois ans. Le suspect, un père de famille de nationalité sri-lankaise, a été interpellé le 21 mai, mis en examen et écroué pour « administration de substance nuisible ayant entraîné la mort sans intention de la donner » et « administration de substance ayant entraîné une incapacité de travail supérieure à 8 jours ».

Il a reconnu avoir « dérobé » des médicaments chez un de ses employeurs et en avoir administré à deux autres, contestant cependant être à l’origine du décès. Il n’a fourni aucune explication sur les raisons de ces actes, selon le parquet. « Rien n’est avéré pour l’instant (…) Savait-il véritablement que c’étaient des substances nuisibles ? Le doute est complet à ce jour », a souligné son avocate, Me Laurence Roche.

Deux autres familles retrouvées

Deux autres familles, retrouvées à la suite d’une perquisition et de surveillances, se sont plaintes de symptômes similaires à ceux du couple de Neuilly, a indiqué le chef du Service départemental de police judiciaire (SDPJ) des Hauts-de-Seine, chargé de l’enquête.

Arrivé en France en 1982, le suspect réalisait diverses tâches chez des retraités et personnes âgées, de l’entretien de la maison à la préparation du petit-déjeuner. Il avait « la confiance des gens » qui « se le recommandaient » par « bouche-à-oreille », a indiqué le chef du SDPJ. Les investigations se poursuivent et les policiers cherchent à identifier d’autres « potentielles victimes », qui auraient employé cet homme, parfois sans le déclarer, et auraient ressenti les mêmes symptômes.