Toulouse: Une jeune femme violée, torturée et brûlée était devenue l’esclave de sa belle-famille

FAITS DIVERS Les gendarmes de Muret ont révélé le cas d’une jeune femme de 26 ans réduite en esclavage par sa belle-famille, qui en avait fait son souffre-douleur

Julie Rimbert

— 

Une gendarmerie. (Illustration)
Une gendarmerie. (Illustration) — E. Frisullo / 20 Minutes

Elle a profité de la garde à vue de sa tortionnaire pour s’enfuir. Les gendarmes de la compagnie de Muret (Haute-Garonne), à 25 km au sud de Toulouse ont révélé vendredi une sombre affaire d’ esclavagisme moderne. Depuis deux ans, une jeune femme de 26 ans était le souffre-douleur d’une famille résidant dans la région de Muret, et plus particulièrement de son ancienne belle-mère qui lui faisait subir un enfer.

Après avoir été en couple avec un des fils de cette famille, l’histoire d’amour a pris fin. Sauf que la victime a préféré rester dans sa belle-famille, qui l’a alors réduite à l’état d’esclave. Les violences ont débuté par des gifles puis sont montées crescendo.

Morsures et brûlures de cigarettes

Début 2019, les violences et les sévices ont encore augmenté envers cette jeune femme présentée comme étant fragile psychologiquement : morsures, brûlures de cigarettes sur le corps. « La femme de 32 ans qui l’avait sous sa coupe a été placée en garde à vue pour une autre affaire, la victime en a profité pour s’échapper, ont indiqué les enquêteurs. Elle a été transportée à l’hôpital où les services ont constaté qu’elle avait été frappée, violée et torturée. Les faits avaient lieu devant les enfants de la famille ».

Le calvaire de la victime aurait duré deux ans. Elle dormait à même le sol dans la maison. Sa tortionnaire a été interpellée, placée en garde à vue et mise en examen pour « esclavagisme moderne, actes de tortures et barbarie ». La victime, traumatisée selon les enquêteurs, a quant à elle retrouvé sa famille.