Agression d'un journaliste près de Rouen: Un suspect mis en examen

ENQUETE Le journaliste, qui travaille à la rédaction de France 3 Normandie, a été agressé alors qu'il tournait des images devant une mosquée de Petit-Couronne

20 Minutes avec AFP

— 

Une caméra de France 3 (Illustration).
Une caméra de France 3 (Illustration). — ERIC PIERMONT / AFP

Une personne a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire après l’agression lundi d’un journaliste de France 3Normandie devant une mosquée dans la banlieue de Rouen, a-t-on appris mardi auprès du procureur de la République.

« Une information judiciaire a été ouverte du chef de vol avec violences en réunion. La personne déférée a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire », a indiqué le procureur de Rouen Pascal Prache qui n’a pas souhaité donner davantage de détails. Selon la rédaction de France 3 Normandie, il s’agirait d’un homme qui « avait été arrêté le jour même et placé en garde à vue ».

Cinq jours d’ITT

Âgé d’une cinquantaine d’années, le journaliste agressé alors qu’il tournait des images devant une mosquée de Petit-Couronne s’est vu reconnaître cinq jours d’ITT, selon la direction de France 3 Normandie.

Venu prendre des images pour illustrer un sujet sur le passage devant le tribunal correctionnel lundi de Boulogne-sur-Mer de l’imam de la mosquée, il avait « été pris manu militari par plusieurs personnes qui l’ont emmené à l’intérieur du lieu de culte », avait rapporté le directeur régional de France 3 Normandie Erik Berg. Bousculé et mis au sol, sa caméra a aussi été dégradée avant d’être volée, selon le directeur qui évoquait un « lien avec le sujet du procès de Boulogne-sur-Mer ». Le journaliste a déposé plainte pour coups et blessures, vol et dégradation.

Lundi l’imam de Petit-Couronne a été condamné par le tribunal de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) à trois ans de prison dont un avec sursis pour avoir fourni des bateaux pneumatiques à des migrants, afin de leur permettre de rejoindre la Grande-Bretagne.