Attentat de Lyon: La police diffuse de nouvelles photos du suspect

CHASSE A L'HOMME Au lendemain de l’explosion d’un colis piégé à Lyon, qui a fait 13 blessés légers, l'enquête se poursuit pour retrouver l'auteur de l'attaque. Suivez les événements avec nous

S.A, J-L. D et VRB

— 

Lyon, à l'endroit de l'explosion
Lyon, à l'endroit de l'explosion — JEFF PACHOUD / AFP
  • Une explosion dans l’hypercentre de Lyon a fait au moins 13 blessés légers, vendredi en fin d’après-midi
  • « Tous les moyens sont actuellement mis en œuvre pour parvenir rapidement à l’identification et à l’interpellation de l’auteur des faits », a assuré le procureur de la République, Rémy Heitz.
  • Une trace ADN non encore identifiée a été isolée sur le colis piégé par les enquêteurs. Selon des sources proches du dossier, il y a de fortes suspicions pour que l’explosif soit du TATP, en faible quantité.

     

19h30 : Ce live est maintenant terminé. Merci de l'avoir suivi.

19 h 10 : La police diffuse de nouvelles photos sur Twitter

 

17 h 50 : Alerte au colis suspect au Stadium avant le concert de Big Flo & Oli

Une alerte au colis suspect à lieu au Stadium de Toulouse stade de football de ville rose où se déroule ce soir un concert de Big Flo & Oli. L’évacuation des milliers de personnes déjà présentes se fait dans le calme. Le contexte est spécial le lendemain de l'explosion à Lyon.

17 h 05 : La ville encore sous le choc
 

« C'est dans un coin de la tête mais ça ne m'empêche pas de travailler », confie Anthony à l'AFP, responsable d'un magasin bio qui observe une fréquentation « un peu moindre » en cette fin de matinée dans la rue Victor Hugo, visée la veille par l'attentat.

« Sur le coup, ça s'est passé très vite mais aujourd'hui, on a eu de nombreux appels de notre direction et le fait d'en reparler, ça brasse un peu et on se rend compte que c'était grave », poursuit le jeune homme de 27 ans.

Dans un square au débouché de cette rue commerçante, Marion Wagner, cadre commerciale de 36 ans, se prépare à expliquer à ses enfants « avec des mots simples » les événements survenus dans leur quartier. 

« On pense à ce qui s'est passé mais on se dit qu'il faut continuer, et qu'ils (les instigateurs de l'attentat) ne viendront pas là une deuxième fois », espère la mère de famille.

A proximité, assise sur un banc, la retraitée Marie-Claude Guéraud, âgée de 68 ans, «ne pensait pas» qu'une telle attaque toucherait sa ville. « Ca va se reproduire », prédit-elle, tout en assurant que « ça ne l'empêche pas de sortir ».

« On aurait pu être là au moment où ça s'est produit », estime Mathias Almeida, étudiant de 21 ans, venu de Lourdes. Son amie, Manon Noyet, 21 ans, originaire de Mayenne, se dit « impressionnée » et avoue avoir eu «un peu peur» de venir à Lyon.

 

16 h 45 : Pour le point sur l'enquête, c'est ici : 

 

 

16 h 35 : Vous pouvez retrouver les principales informations dans cet article

 



 

16 h 20 : Le parcours du suspect retracé

 

Grâce à la vidéosurveillance de la ville, le parcours du fugitif pu être suivi à partir de 17h19, lorsqu’il circulait à vélo sur le quai Claude Bernard jusqu’à l’explosion survenue à 17h28 après que l’individu eut abandonné un « sac en papier kraft » avant de traverser à nouveau le Rhône et quitter la « presqu’île » lyonnaise par le même itinéraire, a expliqué le procureur.

16 h 10 : Fin de la réunion entre Christophe Castaner et Emmanuel Macron à l'Elysée 

Le président de la République avait reçu le ministre de l'Intérieur à 14 heures. Ils ont évoqué la situation lyonnaise. 

16h05 : Vigilance renforcée dans la ville

La préfecture du Rhône a demandé samedi une « vigilance renforcée aux organisateurs de manifestations festives, exploitants d'établissements et au public ». Le maire de Lyon, Gérard Collomb a demandé « à la police municipale de renforcer sa surveillance ». Une cellule d'urgence médico-psychologique et d'appui a été ouverte au gymnase Chanfray de Lyon.
 

 

15h59 : « De nouvelles photographies de l'individu » vont être « très prochainement diffusées »

« De nouvelles photographies de l'individu » vont être « très prochainement diffusées »
Lors de sa conférence de presse, le procureur de la République, Rémy Heitz a annoncé que « de nouvelles photographies de l’individu » allaient « être très prochainement diffusées ».

Un premier appel à témoins a été diffusé vendredi soir, avec la photographie du suspect, capté par une caméra de vidéosurveillance municipale. Elle montre un homme, âgé d'une trentaine d'années, « porteur d’un haut sombre à manches longues » et « d’un bermuda clair », poussant un vélo noir. Il portait également des « chaussures noires » et un « sac à dos noir ». « Son visage était en partie dissimulé par une caquette kaki et une paire de lunettes de soleil ».

 

15h54 : Le bilan est toujours de 13 blessés légers

Sur les treize victimes – neuf femmes, quatre hommes et une fillette de 10 ans –, « onze ont été hospitalisés et ont été pris en charge dans trois hôpitaux », a indiqué le procureur de la République, Rémy Heitz, lors de sa conférence de presse . Certaines d’entre elles « doivent subir une intervention chirurgicale, afin d’extraire des éclats ».

15h48 : « Aucune revendication », a annoncé le procureur de la République Rémy Heitz

Le procureur de la République, Rémy Heitz, a fait le point sur l’enquête devant la presse samedi midi. « Tous les moyens sont actuellement mis en œuvre pour parvenir rapidement à l’identification et à l’interpellation de l’auteur des faits », a-t-il assuré. Ce sont « 90 enquêteurs, 30 techniciens de la police technique et scientifique qui ont été mobilisés », a déclaré le procureur de la République. Ils sont assistés par « une vingtaine d’enquêteurs des brigades de recherche et d’intervention locales ».

Selon les premières constatations, le paquet contenait des vis de 2 cm, sept piles LR6, des billes de métal, un circuit imprimé et et des morceaux de plastique blancs pouvant être des résidus de l'engin explosif. « Un système de déclenchement à distance » s’y trouvait également. L’explosion est survenue « à 17h28 », entraînant « le bris de la vitrine réfrigérée » de l’enseigne.

15h38 : Une trace ADN a été isolée par les enquêteurs, de l'explosif de type TATP utilisé

Au lendemain de l’explosion d’un colis piégé au centre-ville de Lyon, qui a fait 13 blessés légers, la police poursuit ses investigations. Un ADN non encore identifié a été isolé sur le colis piégé, tandis que l'explosif utilisé pourrait être du TATP en faible quantité, a-t-on appris samedi de sources proches du dossier.

 

L'ADN a été isolé sur le sac qui a explosé, mais pour l'heure, il n'a pas été identifié. Rien n'indique donc qu'il s'agisse de celui du suspect filmé en train de déposer ce sac devant une boulangerie dans une rue commerçante de Lyon. Ce trentenaire était toujours recherché.

 

Selon ces mêmes sources, il y a de fortes suspicions pour que l'explosif soit du TATP, en faible quantité. Le TATP (tripéroxyde de triacétone) est un explosif artisanal très instable. Il a été utilisé dans les attentats jihadistes commis à Paris le 13 novembre 2015 et à Bruxelles en mars 2016.

 

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert « une enquête de flagrance des chefs de tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste et d’association de malfaiteurs terroriste criminelle », vendredi soir.