VIDEO.Marseille: Deux représentantes syndicales placées en garde à vue après une manifestation

SOCIETE Deux représentantes syndicales ont été placées en garde à vue après avoir participé à un mouvement de grève dans un grand hôtel marseillais

Mathilde Ceilles

— 

Une voiture de police à Marseille (illustration).
Une voiture de police à Marseille (illustration). — Amandine Rancoule / 20 Minutes

Deux représentantes syndicales de la confédération nationale du travail (CNT) ont été arrêtées alors qu’elles participaient à une grève des femmes de chambre du NH Hôtel à Marseille, a appris 20 Minutes auprès de la préfecture de police des Bouches-du-Rhône. Elles ont été placées en garde à vue​ pour « entrave à l’ordre public ».

« La manifestation se déroulait sans problème, et les manifestants ne devaient pas entraver l’entrée de l’hôtel, indique cette même source. Mais elles n’ont pas suivi cette règle et ont bloqué l’entrée de l’hôtel. » Les femmes de chambre grévistes avaient été assignées au tribunal par leur employeur Elior le 29 avril. Ce dernier souhaitait obtenir la fin du piquet de grève.

« Ce motif de garde à vue est totalement fallacieux, et ce qui est indiqué par la préfecture est totalement faux, proteste Julien Huard, secrétaire de la CNT des Bouches-du-Rhône. Le piquet de grève a été violemment expulsé par une vingtaine de policiers. La police a saisi notre matériel, volé la banderole. Il y a eu une bousculade et elles ont été arrêtées. C’est une répression et une utilisation des forces de l’ordre à des fins privés. » Dans un communiqué, les candidats marseillais de La France Insoumise aux européennes dénoncent « la criminalisation des luttes sociales. »