Vendée: Après une agression homophobe, des étudiants yonnais vont être sanctionnés

FAITS DIVERS L’Institut catholique d’études supérieures (ICES), établissement d’enseignement supérieur privé, a reconnu au moins dix de ses étudiants

D.P. avec AFP

— 

L'ICES à La Roche-sur-Yon.
L'ICES à La Roche-sur-Yon. — D.P. / 20 minutes
  • Un « village LGBT » a été saccagé samedi dernier dans le centre-ville de la Roche-sur-Yon.
  • Plusieurs des assaillants ont été identifiés comme étant membres de l’ICES.
  • En marge de la justice, des procédures disciplinaires ont été engagées par l'établissement.

De lourdes sanctions à venir ? Samedi, à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, plusieurs membres du centre LGBT de La Roche-sur-Yon (Vendée) animaient un « village LGBT » en centre-ville. En fin de journée, leurs stands ont été saccagés par un groupe de jeunes hommes, scandant des insultes. Une vidéo de la scène a été postée sur Facebook.

« Un groupe d’une vingtaine de jeunes extrémistes (…), a traversé violemment notre village en scandant « Homo-folie ça suffit », en arrachant drapeaux et ballons et en renversant des grilles d’exposition, décrit le centre LGBT. Lors de ce passage, ils ont également bousculé des membres des associations partenaires présentes. »

Procédures disciplinaires engagées contre les fautifs

Lundi, en fin de journée, l’Institut catholique d’études supérieures, situé à La Roche-sur-Yon, confirme dans un communiqué signé par Eric de Labarre (président de l’établissement d’enseignement supérieur privé) que « plusieurs personnes ont été identifiées comme étant étudiants de l’ICES ». Ils seraient au moins dix et actuellement en licence. Deux autres n'ont pas encore été formellement identifiés mais sont soupçonnés d'appartenir également à cette école.

Le chef de l’établissement « condamne toute forme de violence pour faire valoir des convictions quelles qu’elles soient ». Le communiqué se poursuit : « Même s’ils ne sont pas sous la responsabilité de l’ICES, leur attitude met en cause la réputation de notre établissement. A ce titre, ils auront des comptes à rendre, non seulement à la justice, puisqu’une plainte a été déposée, mais aussi à l’ICES. » Le responsable de l’établissement explique avoir engagé lundi « des procédures disciplinaires » contre ses étudiants. Un conseil de discipline aura lieu le 28 mai pour chacun des étudiants concernés, qui risquent l'exclusion définitive. 

Un rassemblement prévu à La Roche-sur-Yon vendredi

«Les actes d'enquête sont toujours en cours, deux interpellations et des auditions menées en parallèle sont prévues aujourd'hui», a expliqué ce mardi le parquet.

La Manif pour tous avait toutefois condamné ces actes «inqualifiables et odieux» et affirmé n'avoir «aucun lien» avec ces jeunes. Un rassemblement aura lieu vendredi à La-Roche-sur-Yon pour «dénoncer les actes homophobes et plus largement toutes les discriminations», a écrit mardi le maire Luc Bouard sur Twitter.