Pas-de-Calais: Les corps d’une mère et sa fille découverts enlacés 8 mois après leur mort

FAITS DIVERS C’est un huissier de justice qui avait fait la macabre découverte début mai à Boulogne-sur-Mer

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration police.
Illustration police. — E. Frisullo / 20 Minutes

Début mai, deux femmes de 78 et 51 ans, avaient été découvertes mortes par un huissier de justice dans un appartement de Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais. Les décès remontent à plusieurs mois, a-t-on appris, jeudi, auprès du parquet. Les causes sont probablement « de mort naturelle » pour l’une et par « suicide » pour l’autre.

La date de la mort remonte à huit mois

Le 9 mai, un huissier mandaté pour des factures impayées avait découvert deux corps en état de décomposition « très avancée » dans un appartement de la Tour d’Odre, près du port. La porte du logement était, par ailleurs, fermée de l’intérieur.

Le parquet de Boulogne-sur-Mer avait alors considéré que les deux femmes étaient les occupantes de l’appartement, une mère de 78 ans et sa fille de 51 ans. Une enquête avait été ouverte pour rechercher les causes de la mort.

L’autopsie a finalement révélé que « le décès des deux femmes remontait à huit mois », a déclaré, jeudi, le procureur de la République, Pascal Marconville. Mais « l’état de momification des corps ne permet pas de définir exactement les causes de la mort », a-t-il ajouté, précisant néanmoins que la piste de l’intervention d’un tiers est « écartée ».

Les deux corps étaient « enlacés »

Selon le procureur, le médecin légiste a « exclu la mort traumatique » et a émis une « hypothèse » : la mère « serait décédée de mort naturelle et sa fille se serait suicidée » dans la foulée. L’un des indices menant à cette hypothèse est que « lorsqu’ils ont été découverts, les deux corps étaient enlacés », a noté Pascal Marconville.

« Des prélèvements ADN ont été effectués pour vérifier l’identité des deux femmes », même si celle-ci ne fait « presque plus de doute », a-t-il dit.