Meurtre de Marie-Alice Dibon: La femme retrouvée dans la valise aurait été droguée et étouffée par son ex-conjoint

ENQUETE Le principal suspect du meurtre est mort en Italie la semaine dernière, son fils a été mis en examen samedi pour le recel du cadavre de cette Franco-Américaine de 53 ans

Thibaut Chevillard

— 

L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles (illustration).
L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles (illustration). — JACK GUEZ / AFP
  • Le corps de Marie-Alice Dibon a été découvert dans une valise flottant sur l’Oise le 22 avril dernier.
  • Le principal suspect est son ancien compagnon. Ce dernier est mort fauché par un camion la semaine dernière en Italie.
  • Son fils, lui, a été mis en examen samedi pour recel de cadavre. Il a reconnu avoir aidé son père à transporter le corps de cette consultante scientifique âgée de 53 ans.
  • Selon nos informations, Marie-Alice Dibon a été droguée avant d’être étouffée.

Placé en garde à vue vendredi, Simon M. a reconnu les faits. Cet homme de 31 ans a avoué aux enquêteurs de la police judiciaire de Versailles ( Yvelines) avoir accepté d’aider son père Luciano M., 66 ans, à transporter le corps de Marie-Alice Dibon, son ancienne compagne, retrouvé le 22 avril dernier dans une valise qui flottait sur l’Oise. Le jeune homme, exerçant la profession de chauffeur de taxi, a été mis en examen samedi pour recel de cadavre et placé sous contrôle judiciaire alors que le parquet avait requis son placement en détention, indique à 20 Minutes le parquet de Pontoise.

Son père, principal suspect du meurtre de cette Franco-Américaine de 53 ans, est décédé le 8 mai, près d’Orvieto, entre Florence et Rome, en Italie. Selon les médias transalpins, cet ancien chauffeur de taxi originaire de Sardaigne a été renversé par un camion alors qu’il sortait de son véhicule, une Jeep Renegade, stationné dans la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute A1. Le chauffeur du poids lourd, de nationalité macédonienne, a indiqué aux policiers italiens qu’il n’avait rien pu faire pour l’éviter. S’agit-il d’un banal accident de la circulation ?

Droguée puis étouffée

Les enquêteurs français, eux, soupçonnent plutôt Luciano M. de s’être suicidé de l’autre côté des Alpes, où il s’était réfugié. Ils le recherchaient activement depuis plusieurs jours, persuadés qu’il était le meurtrier de la consultante scientifique, titulaire d’un doctorat et d’un DESS en pharmacie industrielle. Son corps avait été retrouvé, à l'intérieur d'une valise flottant sur l'Oise, près de Neuville-sur-Oise (Val-d’Oise). Il était particulièrement bien conservé. « Il a séjourné très très peu de temps dans l’eau », confie à 20 Minutes une source proche du dossier. Une information judiciaire avait été ouverte pour homicide volontaire.

La disparition de cette femme avait été signalée au commissariat de Puteaux (Hauts-de-Seine) par son nouveau compagnon, peu de temps avant sa découverte. Son cadavre ne présentait aucune lésion apparente. Les investigations médico-légales sont toujours en cours, indique le parquet. Mais selon nos informations, Marie-Alice Dibon a été droguée avant d’être étouffée. Pour quelle raison Luciano M. s’en est-il pris à cette femme avec qui il est resté près de dix ans ? Il a indiqué à son fils s’être disputé avec son ancienne compagne qu’il avait rencontrée le 19 avril. C’est elle qui, l’an dernier, avait décidé de rompre.