Prise d'otages à Blagnac: Le preneur d'otages interpellé, les quatre femmes libérées

FAITS DIVERS Quatre femmes avaient été prises en otage ce mardi en milieu d’après-midi dans un tabac-presse de Blagnac, près de Toulouse. Elles ont toutes été libérées mardi vers 21 h. Le suspect est un mineur, âgé de 17 ans, qui a été interpellé

H. M., T. C. et N. S.

— 

Un dispositif de police a été mis en place pour boucler le secteur autour du tabac-presse où se déroule une prise d'otages, à Blagnac.
Un dispositif de police a été mis en place pour boucler le secteur autour du tabac-presse où se déroule une prise d'otages, à Blagnac. — H. Ménal / 20 Minutes
  • Une prise d'otages, débutée ce mardi à 16h20 dans un tabac-presse de Blagnac, à l'ouest de Toulouse, s'est achevée vers 21 h. 
  • Quatre femmes retenues depuis le milieu d'après-midi ont été libérées.
  • Le preneur d'otages est un jeune homme de 17 ans qui a été interpellé peu après 23h.

Une prise d’otages a eu lieu ce mardi à Blagnac, dans un tabac-presse de cette commune de la banlieue de Toulouse. Quatre femmes ont été retenues dans l’établissement par un jeune homme âgé de 17 ans pendant une dizaine d’heures. Elles ont été libérées dans la soirée et le jeune homme a été interpellé un peu avant 23 h, a annoncé le ministre de l’Intérieur. L’enquête a été confiée au service régional de la police judiciaire (PJ) de la Ville rose.

Depuis 16h20, ces quatre femmes étaient les otages d’un jeune homme armé et casqué dans le secteur du plan du Port. Un périmètre de sécurité a été mis en place autour de l’établissement. Les policiers du Raid de la Ville rose s’étaient rendus sur place. La mère et la soeur du preneur d’otages étaient également présentes pour participer aux négociations.

Une prise d'otages a débuté mardi vers 16h20 dans un tabac-presse de la place du plan du Port, à Blagnac.
Une prise d'otages a débuté mardi vers 16h20 dans un tabac-presse de la place du plan du Port, à Blagnac. - Google street view

Dans un premier temps, le jeune homme avait demandé à être mis en relation avec le négociateur de la force d’intervention de la police nationale. Selon une source syndicale, il avait tiré en l’air à deux reprises pour faire reculer les forces de l’ordre. « Il n’y a pas de suspicion terroriste, ce n’est pas évoqué », avait indiqué à l’AFP la mairie de Blagnac.

Appartenance aux « gilets jaunes »

Selon nos informations, le jeune homme a évoqué son appartenance au mouvement des « gilets jaunes ». Il a d’ailleurs été interpellé dans le cadre d’une des manifestations ayant eu lieu depuis le 17 novembre à Toulouse et serait également connu pour des faits de droit commun.

Jean-Baptiste, employé d’une agence de voyages voisine du tabac-presse, a raconté qu’il était au téléphone quand ses collègues ont entendu des coups de feu. Il a livré son témoignage à notre journaliste sur place.

Le conjoint d’une employée de l’établissement se trouvait aussi à proximité du lieu où s’est déroulée la prise d’otages. Elle avait pu le joindre au téléphone grâce à l’intervention de la patronne du tabac-presse. Une conversation brève, de trente secondes, au cours de laquelle elle lui avait indiqué que l’ambiance était plutôt calme à l’intérieur et que les otages se trouvaient assises.

Etienne Guyot, le préfet, et Dominique Alzéari, le procureur de la République de Toulouse, s’étaient rendus sur les lieux.