Saint-Etienne: Deux jeunes filles suspectées d'avoir profané 62 tombes placées en garde à vue

ENQUETE Selon les premiers éléments de l'enquête, les suspectes étaient alcoolisées au moment des faits

Thibaut Chevillard

— 

Une voiture de police (illustration).
Une voiture de police (illustration). — Clément Follain / 20 Minutes

Stèles et croix brisées, pierres tombales renversées… Elles sont suspectées d’avoir profané pas moins de 62 tombes. Deux jeunes filles de 17 et 18 ans ont été interpellées, lundi, un peu après 18h, et ont été placées en garde à vue au commissariat de Saint-Etienne (Loire), apprend 20 Minutes de source policière.

Peu de temps avant la fermeture du cimetière de Valbenoîte, les services de police ont été prévenus des dégradations commises sur des tombes par le gardien. Il a aperçu deux jeunes filles prendre la fuite et les a prises en photo. Il a donné leur signalement aux policiers de la brigade anticriminalité de Saint-Etienne qui les ont arrêtées un peu plus tard.

Plainte de la ville

Selon nos informations, elles ne sont pas connues pour être radicalisées. Une source précise qu’elles étaient alcoolisées au moment des faits. L’enquête a été confiée à la brigade de sûreté urbaine. La ville de Saint-Etienne a annoncé à l’AFP son intention de porter plainte.