Nord: Soupçonné d'agression sexuelle, le prêtre de Wormhout placé en contrôle judiciaire

FAITS DIVERS Suspendu par le diocèse, l'homme d'Eglise doit être jugé en octobre prochain

Mikael Libert

— 

Un prêtre catholique. Illustration.
Un prêtre catholique. Illustration. — Konrad K. / Sipa

Le prêtre de la paroisse de Wormhout, près de Dunkerque, dans le Nord, a été placé sous contrôle judiciaire, samedi, à l’issue de sa garde à vue. L’homme d’Église est soupçonné d’agression sexuelle sur une jeune femme de 18 ans qui a déposé plainte.

Le parquet de Dunkerque a finalement retenu le chef d’accusation d’agression sexuelle et non de viol à l’encontre du curé qui officiait notamment sur à Wormhout. Tout est parti d’une plainte déposée par une paroissienne, laquelle dénonçait des faits qui se sont produits, lundi. Le prêtre, âgé de 53 ans, avait été placé en garde à vue, jeudi.

Il reconnaît le rapport mais nie la contrainte

Selon le parquet, le mis en cause avait reconnu lors de ses auditions le rapport sexuel tout en assurant que l’acte était consenti et qu’il n’y avait pas eu de contrainte. Le suspect sera jugé le 7 octobre prochain.

Dans un communiqué, Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille, a regretté « infiniment qu’un prêtre commette des actes qui contredisent les paroles de bienfaisance que son ministère voulait signifier. » Il a par ailleurs exprimé sa « compassion à l’égard de la plaignante et de ses proches. »

Le mis en cause, administrateur depuis 2015 de la paroisse Saint-Winoc Saint Folquin de l’Houtland, a été suspendu de ses fonctions par le diocèse de Lille. Mgr Ulrich a insisté sur sa « volonté de lutter contre toute forme d’abus dans l’Eglise. »