Bouches-du-Rhône: Des milliers de litres de gasoil revendus au marché noir à la sortie des raffineries

FRAUDE Détourné par des chauffeurs de poids lourds et gérants de sociétés de transport, le carburant était revendu à des particuliers ou des professionnels pour un euro le litre

20 Minutes avec AFP

— 

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. — A. GELEBART / 20 MINUTES / SIPA

«Le carburant, ça s'évapore !»: la police des Bouches-du-Rhône a annoncé mardi le démantèlement d'un trafic de gasoil volé par milliers de litres à la sortie des dépôts pétroliers de l'étang de Berre. Il était revendu au marché noir pour un euro le litre.

Dix personnes, âgées de 40 à 65 ans, ont été mises en cause depuis l'été 2018, jusqu'à un coup de filet la semaine dernière, a expliqué jeudi la commissaire Marjorie Ghizoli, cheffe de la sûreté départementale. Huit d'entre elles ont été mises en examen par un juge d'instruction d'Aix-en-Provence, et une partie écrouée.

Les trafiquants, parmi lesquels des chauffeurs de poids lourds et des gérants de petites sociétés de transport, auraient «détourné depuis au moins 2013 une partie du carburant qui partait des raffineries et des dépôts pétroliers» de Fos-sur-Mer, l'une des principales zones pétrochimiques d'Europe.

Citernes à la jauge faussée

Selon les enquêteurs, le gasoil était stocké dans des cuves de 1.000 ou 1.500 litres, aménagées notamment dans une fourgonnette et dans des centaines de bidons. Il était acheté par des «stockeurs» 60 ou 70 centimes le litre et revendu à des particuliers ou des professionnels pour un euro le litre.

Les trafiquants avaient développé plusieurs méthodes pour voler une partie du carburant qui aurait dû être destiné aux stations-services, utilisant notamment des citernes à la jauge faussée. «Le carburant, ça s'évapore» par forte chaleur pendant le transport, expliquaient-ils aussi pour justifier la disparition de litres de produits pétroliers.

«Comme dans les enquêtes sur les trafics de stupéfiants», les policiers ont maintenu durant des semaines une surveillance, «jour et nuit», sur ce business parallèle de carburant, a relaté la commissaire. Au moins 350.000 litres ont été détournés, selon cette source. Les investigations ont permis de saisir plus de 400.000 euros d'avoirs criminels.