Marseille: Il aurait établi plusieurs centaines de faux constats et soutiré 400.000 euros aux assurances

ESCROQUERIE De 2015 à 2019, l’homme âgé de 31 ans serait à l’origine de plusieurs centaines de fausses déclarations auprès de 16 compagnies d’assurance

C.D.

— 

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. — Joel Saget AFP

Un homme de 31 ans a été interpellé mardi pour une escroquerie présumée de seize compagnies d’assurances, pour un préjudice estimé à 400.000 euros, a-t-on appris de source policière, confirmant une information de La Provence. La compagnie Groupama est la première à avoir signalé à la police, en 2018, une dizaine de fausses déclarations de cet habitant du pourtour de l’Étang-de-Berre (Bouches-du-Rhône). L’enquête a révélé au total plusieurs centaines de faux constats amiables, établis depuis 2015, avec à la clé des remboursements de l’assurance.

«La faute à pas de chance»

A chaque fois, le suspect est impliqué à ses torts dans l’accident (le plus souvent inventé de toutes pièces). Quand l’assurance rembourse les (fausses) victimes, il prend sa part. Plusieurs garages ont semble-t-il participé à l’escroquerie, soit en facturant des réparations fictives, soit en transmettant à l’intéressé les coordonnées de victimes d’accident, sans le leur demander. Deux garagistes marseillais ont aussi été interpellés en même temps que l’auteur présumé de cette vaste escroquerie, de même que son ex-femme, qui a reconnu cinq faux constats.

De son côté, le suspect a d’abord nié en bloc les faits, puis a expliqué cette succession d’accidents par «la faute à pas de chance». Les juges apprécieront l’argument. Déjà connu des services de police pour escroqueries et violences conjugales, et condamné à une peine de 18 mois de prison avec sursis, l’homme a fini par reconnaître une quarantaine de faux constats. Il a été mis en examen et écroué, de même qu’un des deux garagistes.