La dissolution du mouvement d'ultradroite Bastion social officialisée en Conseil des ministres

EXTRÊME-DROITE La dissolution du mouvement d’ultradroite Bastion social a été prononcée ce mercredi lors du Conseil des ministres

M.C. avec AFP

— 

Des militants du Bastion Social à Marseille (illustration)
Des militants du Bastion Social à Marseille (illustration) — B. Langlois / AFP

C’est désormais officiel. Dans un communiqué de presse, le ministère de l’Intérieur annonce la dissolution du mouvement d’ultradroite Bastion social, accusé d’appeler à la haine, aux discriminations et aux actions violentes. Cette dissolution a été prononcée par décret au cours du Conseil des ministres ce mercredi. Elle concerne l’association Bastion social, mais aussi six autres structures situées à Marseille,  Lyon ou encore Aix-en-Provence.

Le président Emmanuel Macron s’était engagé fin février à la dissolution de ce groupuscule identitaire, né à Lyon en 2017. Dans le communiqué de presse, le ministère explique avoir pris cette décision « pour mettre fin aux exactions répétées commises » en marge de rassemblements de voie publique.

​​​​