«Flics suicidés à moitié pardonnés», «suicidez-vous»… Des tags découverts sur la façade d’une gendarmerie

ENQUETE Le ministre de l’Intérieur a dénoncé sur Twitter des faits « d’une extrême gravité »

Thibaut Chevillard

— 

Une enquête a été ouverte, confiée à la compagnie de gendarmerie de Plourin-lès-Morlaix (illustration)
Une enquête a été ouverte, confiée à la compagnie de gendarmerie de Plourin-lès-Morlaix (illustration) — C. Allain / 20 Minutes

« Flics suicidés à moitié pardonnés », « suicidez-vous ». Des tags particulièrement violents à l’égard des forces de l’ordre ont été découverts, ce lundi matin entre 8 heures et 9 heures, sur la façade de la gendarmerie de Landivisiau ( Finistère). Un sigle anarchiste – un « A » cerclé – a également été peint en noir sur le bâtiment, apprend 20 Minutes de source proche du dossier, confirmant une information de France Bleu.

Des employés communaux tentaient dans la matinée d’effacer ces tags après que des constatations ont été réalisées. Une enquête a été ouverte, confiée à la compagnie de gendarmerie de Plourin-lès-Morlaix. Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a dénoncé des faits « d’une extrême gravité ». « Les banaliser, ce serait donner raison à leurs auteurs qui doivent être identifiés et livrés à la justice », a-t-il souligné.

Ces tags ne sont pas sans rappeler les slogans lancés, samedi, lors de l’acte 23 des «gilets jaunes » à Paris, aux forces de l’ordre. Alors que 28 policiers se sont donnés la mort depuis le début de l’année, des manifestants réunis place de la République ont scandé « suicidez-vous ! »

La classe politique française avait exprimé son indignation tandis que le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique commis en réunion ».