Affaire Benalla: En 2014, Hamon a obtenu un badge d'accès à la salle de sport de l’Assemblée pour l'ex-garde du corps

FEUILLETON Alexandre Benalla a eu une vie déjà bien remplie, avant de rencontrer Emmanuel Macron

R.G.-V.

— 

Alexandre Benalla n'a jamais travaillé à l'Assemblée nationale, il a quand même eu un badge.
Alexandre Benalla n'a jamais travaillé à l'Assemblée nationale, il a quand même eu un badge. — VILLARD/ZIHNIOGLU/SIPA

C’est un mini-développement de l’affaire Benalla qu’on n’attendait pas : en 2014, alors qu’il est désormais agent de sécurité dans le privé, Alexandre Benalla réussit à obtenir un badge pour la salle de sport de l’Assemblée nationale. Celui qui lui obtient… est Benoît Hamon, alors député PS des Yvelines. C’est l’une des nombreuses choses qu’a apprise la cellule investigation de Radio France sur la vie pré-Macron de l’ancien chef de cabinet adjoint de l’Elysée.

Sur cette affaire de badge, Benoît Hamon affirme avoir été « enfumé » par Alexandre Benalla. « Dans ma tête, je fais un badge à un gars du service d’ordre du PS qui veut aller à la salle de sport. Point barre. Il m’a probablement menti sur ce point. » Il n’est plus dans les sphères gouvernementales et socialistes depuis plusieurs mois, à ce moment-là.

D’autres faits d’armes

D’après l’enquête de Radio France, Alexandre Benalla a aussi réussi à s’imposer dans le cabinet de Jean-Marc Mormeck, nommé par Manuel Valls délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer. Le garde du corps (Benalla) et l’ancien boxeur (Mormeck) se sont croisés quelques années plus tôt au siège du Parti socialiste. Alors que son équipe est déjà au complet et qu’un poste de chef de cabinet n’existe pas vraiment, il arrive à s’y imposer, au grand dam de Matignon.

Fait ubuesque (parmi d’autres) : pour donner de la contenance à son poste, on décide de lui rédiger une lettre de mission. C’est Alexandre Benalla, lui-même, qui va l’écrire.