Incendie à Notre-Dame de Paris: Après une inspection du sommet, la piste accidentelle reste privilégiée

LIVE Au surlendemain de l'incendie qui a frappé la cathédrale Notre-Dame de Paris, l’évènement domine encore l’actualité, suivez avec nous les événements en direct

R.G-V, M.A

— 

Les travaux de consolidation de l'édifice ont commencé dès mardi après que l'incendie a été totalement éteint.
Les travaux de consolidation de l'édifice ont commencé dès mardi après que l'incendie a été totalement éteint. — Laurent Vu/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Lundi soir, la toiture et la flèche de la cathédrale Notre-Dame de Paris ont été ravagés par un incendie. Une partie de la voûte a aussi été détruite. Mais la structure, bien sûr fragilisée, est toujours en place.
  • L’onde de choc à la suite de la catastrophe sur cette icône mondiale dépasse bien sur largement les frontières et est encore bien présente, après de deux jours après le drame. Les dons affluent du monde entier pour la reconstruction.
  • La reconstruction, justement, Emmanuel Macron en a parlé lors de son allocution télévisée, mardi soir. Il pense que la cathédrale peut-être reconstruite en cinq, ce dont la plupart des spécialistes, qui parlent d’au moins une ou deux décennies, doutent. Le conseil des ministres de ce mercredi matin doit être entièrement consacré à la reconstruction du monument.

A LIRE AUSSI

 

22h30: Ce live est terminé

La couverture de la suite de l'enquête reprendra jeudi matin sur 20 Minutes, bonne fin de soirée à tous.

21h50 : La piste accidentelle reste privilégiée

Des enquêteurs spécialisés ont pu accéder mercredi pour la première fois au sommet de la cathédrale Notre-Dame afin de commencer leurs constatations au surlendemain de l’incendie, a annoncé le parquet de Paris, qui privilégie toujours en l’état la piste accidentelle. « Des enquêteurs de l’identité judiciaire et du laboratoire central de la préfecture ont pu accéder à certains endroits du site et commencer leurs constatations », a indiqué le ministère public. « A ce stade, les investigations n’ont pas mis en évidence d’éléments désignant une origine criminelle » et « la piste accidentelle demeure privilégiée », a précisé le parquet qui, toutefois, « n’exclut aucune hypothèse ».

19h58 : On en sait (un peu) plus sur la reconstruction de Notre-Dame à l’issue de la réunion à l’Elysée

Voici ce qu’il faut retenir :

- Jean-Louis Georgelin, 70 ans, nommé dans la matinée « Monsieur reconstruction » de la cathédrale « veut un état des lieux d’ici deux mois, un droit de regard et un représentant dans tous les ministères. Il doit en répondre d’ici 5 ans au président », a-t-il expliqué.

- La reconstruction de la flèche, qui s’est écroulée, reste ouverte : « Il a été proposé que ce soit une reconstruction à l’identique. Mais il y aura peut-être un projet architectural », a déclaré Stéphane Bern. « Faut-il la reconstruire comme celle de Viollet-le-Duc ou dans l’état qui préexistait avant 1793 ? La question se pose », a-t-il ajouté.

- Le président n’a pas non plus donné son avis sur la façon de reconstruire la charpente, entre bois, béton ou métal.

18h50 : Comme prévu, les cloches sonnent partout en France

 

18h24 : Trump dit avoir offert au pape l'aide américaine pour reconstruire Notre-Dame 

 

18h13 : Toutes les cathédrales de France vont sonner ce mercredi à 18h50,

C’est bientôt l’heure du « concert » : prêtez l’oreille, si vous êtes à proximité d’une cathédrale. Partout en France, les cloches vont sonner en hommage à Notre-Dame de Paris

17h54 : Reconstruire Notre-Dame sans sa flèche serait « l’amputer »

L’arrière arrière-petit-fils de l’architecte Eugène Viollet-le-Duc, qui avait reconstruit au XIXe siècle la flèche de Notre-Dame de Paris, a estimé, ce mercredi, qu’il serait « très dommage » de ne pas la rebâtir, car « ce serait amputer la cathédrale d’un élément qui lui appartient ».

Le Premier ministre français, Edouard Philippe, a annoncé le lancement d’un « concours international d’architecture » pour déterminer s’il fallait reconstruire, et si oui comment, la flèche de Notre-Dame, détruite dans l’incendie qui a ravagé la cathédrale lundi soir.

17h26 : La Fondation du patrimoine met en garde contre les escrocs

La Fondation du patrimoine, qui a déjà collecté 12,3 millions d’euros des particuliers pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, a mis en garde, ce mercredi, contre les escrocs qui profitent de l’élan de solidarité national et international.

« De nombreuses escroqueries nous ont été signalées en France et à l’étranger », selon un communiqué de la Fondation, qui donne le critère pour déterminer si le démarchage est celui d’un profiteur ou non : « la Fondation du patrimoine ne fait aucune relance téléphonique par mail, courrier ou téléphone. Toutes ces démarches sont frauduleuses ». Alors que la Fondation avait donné plusieurs adresses pour les dons, elle n’en a désormais qu’une seule : don.fondation-patrimoine.org

17h05 : Un girafon né au moment de l’incendie de Notre-Dame nommé Esméralda

Un petit clin d’œil de l’équipe vétérinaire. Lundi soir, au moment de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, un girafon est né au zoo Bioparc, à Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire). En hommage au drame, les équipes du zoo ont nommé la petite femelle Esméralda, comme l’explique l’établissement sur son site.

16h37 : Disney promet 5 millions de dollars pour reconstruire Notre-Dame

Walt Disney, qui a gagné des millions de dollars de recettes avec son film d’animation « Le Bossu de Notre-Dame » sorti en 1996, a annoncé un don de cinq millions de dollars pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame à Paris.

« Le groupe Walt Disney se tient aux côtés de nos amis et voisins (…), en offrant notre soutien sincère ainsi qu’un don de cinq millions de dollars pour la restauration de cette irremplaçable œuvre d’art », a ajouté Robert Iger, le PDG de l’entreprise.

16h31 : Les travaux peuvent-ils vraiment être réalisés en cinq ans ?

 

16h18 : Des bâtiments aux couleurs du drapeau tricolore

Pour marquer leur solidarité, après l’incendie de Notre-Dame, d’autres édifices se sont illuminés aux couleurs françaises à l’étranger. A New York, l’Empire State Building et la nouvelle tour du One World Trade Center ont scintillé en bleu, blanc, rouge.

A Venise, en Italie, l’opéra Fenice s’est, lui aussi, paré d’un drapeau bleu-blanc-rouge, en soutien à la France. L’opéra a brûlé deux fois en 1836 et en 1996.

 

16h15 : Une cérémonie d’hommage jeudi devant l’Hôtel de ville

La mairie de Paris organise, ce jeudi sur le parvis de l’Hôtel de ville, une cérémonie d’hommage à « celles et ceux qui ont contribué à sauver la cathédrale de Notre-Dame », a annoncé la mairie de Paris.

Les Parisiens, les élus et agents de la ville sont conviés à partir de 16h15 pour une cérémonie au cours de laquelle sera interprété le « prélude de la 1re suite de Bach », suivi de la lecture d’un « extrait de l’œuvre de Notre-Dame de Paris », et de prises de paroles de la maire Anne Hidalgo (PS), de Mgr Chauvet, recteur de Notre-Dame-de-Paris, et du général Gallet, commandant de la brigade des sapeurs pompiers de Paris.

15 h 55  : Le point presse des pompiers de Paris est terminé

15 h 53 : Et dans un futur immédiat ?

Le lieutenant-colonel explique la suite : il va falloir étayer et mettre « un parapluie » au-dessus de la cathédrale. Du même genre que celui de la ville de La Rochelle après son propre incendie, en 2013. Les étapes sont nombreuses avant le début du commencement d’une reconstruction.

L'hôtel de ville de La Rochelle pendant ses travaux après son incendie de juin 2013.
L'hôtel de ville de La Rochelle pendant ses travaux après son incendie de juin 2013. - XAVIER LEOTY / AFP

 

15 h 45 : « On a eu un quart d’heure pour décider d’envoyer en hauteur une brigade de choc pour tenter d’enrayer la propagation. (…) Quand on a vu que la profession avait été enrayée, on savait qu’on avait gagné une sacrée bataille. »

15 h 40 : « A partir du moment où il n’y avait pas de risque humain, l’axe d’effort a été la protection de notre patrimoine. Donc évidemment on n’a pas envoyé de l’eau en "jet bâton" contre les rosaces. Pourtant, c’est probablement ce qu’on aurait fait avec du verre normal. »

C’est ce qu’explique le lieutenant-colonel José Vaz de Matos.

15 h 28 : « On devait reculer, reculer… »

La caporale-cheffe Miryam Chudzinski fait partie des premières à être arrivées sur « le front ». « Il faisait très très chaud, ça se propageait vraiment très rapidement, on devait reculer, reculer… (…) Ca n’est qu’après qu’on s’est rendu compte que c’était une très grosse opération. (…) On sait qu’on a fait le maximum. »

15 h 23 : La « bataille du beffroi »

Le lieutenant-colonel José Vaz de Matos, responsable de l’inspection du patrimoine, explique l’importance de la priorité donnée à la défense du beffroi nord, un temps menacé lundi soir, à partir du moment où la triture était déjà partie en fumée : « A partir du moment ou on perdait la guerre du beffroi, on perdait la cathédrale. » L’édifice repose en effet en partie sur sa façade.

15 h 20 : « On connaît ces établissements par cœur, on connaît les accès, on a fait tout ce qu’on pouvait faire, avec le maximum de moyens. »

15 h 16 : Un défi difficile

Philippe Demay, adjudant-chef, explique que les soldats du feu connaissaient les particularités du bâtiment. Il dit notamment que les pompiers savaient bien que si l’incendie perçait la toiture, il serait difficile de l’arrêter.

15 h 12 : Le pompier légèrement blessé lors de l’intervention « va très bien », d’après Gabriel Plus.

15 h 10 : Les pignons, principale menace

Le principal problème, d’après Gabriel Plus, ce sont donc les pignons qui « menacent en partie de tomber ». Ils « ne tiennent plus grâce au toit, ils ne tiennent que sur eux-mêmes. Il faut donc éviter qu’ils soient fragilisés », en enlevant par exemple des statues. L’autre problème, c’est l’échafaudage, « qu’il va bien falloir enlever ».

15 h 02 : Point presse des pompiers de Paris

Gabriel Plus, lieutenant-colonel des sapeurs-pompiers de Paris, fait actuellement un point presse. Une soixantaine d’hommes sont toujours sur place pour surveiller les points chauds et l’échafaudage. Les pompiers sont prêts à intervenir si le feu reprenait "mais plus le temps passe, moins il y a de chances qu’il reprenne".

Les roses des pignons sont en bon état. Il reste des questions sur les pignons eux-mêmes, dont on a encore peur qu’ils flanchent en cas de vent, par exemple. Gabriel Plus explique aussi que les tableaux qui se trouvent dans les différentes chapelles de la cathédrale sont "en bon état".

14 h 52 : Une reconstruction sur le modèle de l’Hermione ?

Pour rendre le chantier « participatif », le chef de la CGPME, François Asselin, propose que le chantier puisse être ouvert au public. Il prend pour exemple le chantier de l’Hermione, à laquelle son entreprise se charpente a pris part. La fameuse frégate de La Fayette a été reconstruite, dans les règles de l’art, pendant une quinzaine d’années de chantier, à Rochefort, en Charente-Maritime. Le chantier était ouvert au public et de nombreux visiteurs ont pu suivre, pas à pas, la construction du vaisseau, qui a depuis pris la mer.

14 h 30 : On tique sur les dons

La polémique sur le milliard d’euros de dons récolté si rapidement, surtout des grandes entreprises et des collectivités, pour reconstruire Notre-Dame, ne fait que commencer. Des personalités politiques, notamment à gauche, mais pas que, s’en sont, au minimum, étonnés. Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise aux élections européennes, a dénoncé une « course à l’échalote de l’entreprise qui donnerait le plus tout en revendiquant l’exonération d’impôt ».

La sénatrice EELV Esther Benbassa a également tweeté en rêvant d'« un élan aussi spontané et massif en faveur des associations et structures prenant en charge l’extrême pauvreté, l’exclusion sociale, les sans-abri ». « 400 millions pour Notre-Dame, merci Kering, Total et LVMH pour votre générosité : nous sommes très attachés au lieu des funérailles de l’abbé Pierre », a twitté la Fondation Abbé-Pierre. « Mais nous sommes également très attachés à son combat. Si vous pouviez abonder 1 % pour les démunis, nous serions comblés ».

13h18 : Le producteur d’Assassin’s Creed nous parle de « sa » cathédrale Notre-Dame

Antoine Vimal du Monteil a supervisé la construction de Notre-Dame pour le compte du jeu « Assassin’s Creed Unity », sorti en 2014. Il nous raconte tout par ici. 

12h50 : Fin de l'intervention d'Edouard Philippe

Retrouvez les moments forts de son intervention en vidéo.

 

12h42 : 75 % de réduction fiscale pour les dons des particuliers jusqu’à 1.000 euros

Le Premier ministre a indiqué le montant des réductions fiscales pour les dons : 75 % de réduction fiscale pour les dons des particuliers jusqu’à 1.000 euros, 66 % au-delà. « Les entreprises, bénéficieront des réductions d’impôts, dite de mécénat, dans les conditions actuelles », a précisé le Premier ministre à la sortie d’un conseil des ministres consacré à ce seul sujet.

12h38 : Un cadre légal pour la souscription nationale un concours

Le gouvernement va proposer un projet de loi pour encadrer les dons pour la reconstruction. Ce projet de loi devra créer un établissement public pour porter cette reconstruction. 

Un concours international d'architecture pour reconstruire la flêche sera organisé. Il permettra de trancher la question s'il faut reconstruire une flêche, la reconstruire à l'identique ou bien la doter d'une nouvelle flêche adaptée aux enjeux de notre époque. 

12h30 : Edouard Philippe s’exprime à la sortie du Conseil des ministres

« L’histoire retiendra que les sapeurs pompiers de Paris ont sauvé Notre-Dame », dit le Premier ministre. « Les oeuvres se trouvent désormais à l’abri dans les réserves du musée du Louvre ». « Les pompiers sont des héros et il nous revient d’être à la hauteur ».

 

12h21 : Le délai de 5 ans est réaliste, selon Jack Lang

L’ancien ministre de la Culture Jack Lang salue le délai de cinq ans fixé par le président Emmanuel Macron pour la restauration de Notre-Dame de Paris, l’estimant réalisable, avec une phase de trois ans pour le chantier et l’emploi de matériaux et technologies modernes. « On a entendu qu’il faudra des décennies, et pourquoi pas des siècles. Bravo au président d’avoir résisté à la sinistrose ambiante. Il a totalement raison, il faut fixer un cap, les moyens sont là », a-t-il déclaré à l’AFP. « Au milieu d’un climat qui révêtait une forme d’hystérie, j’ai plaidé immédiatement dès lundi soir pour que l’Etat soit pleinement l’Etat et décide d’un plan d’exception pour un monument d’exception avec une procédure d’exception. Il y aura, selon moi, trois ans d’exécution effective » du chantier.

12h19 : L'église Saint-Eustache va accueillir les paroissiens de Notre-Dame

 

12h02 : Emmanuel Macron présidera à 16h une réunion de «lancement de la reconstruction»

Il sera aux côtés du Premier ministre Edouard Philippe et de personnalités, a annoncé l'Elysée. Seront présents les ministres Bruno Le Maire (Economie), Gérald Darmanin (Comptes publics) et Franck Riester (Culture), la maire de Paris Anne Hidalgo, la directrice générale de l'Unesco Audrey Azoulay, l'archevêque de Paris Mgr Michel Aupetit, ainsi que Stéphane Bern, chargé de mission patrimoine et le président du Centre des monuments nationaux Philippe Bélaval. 

11h54 : L'incendie de Notre-Dame pousse d'autres pays à s'interroger sur leurs édifices

C'est le cas de la Grande-Bretagne avec le Palais de Westminster, qui abrite le Parlement britannique et dont la partie la plus ancienne remonte au 11e siècle.

 

11h31 : Marielle de Sarnez (MoDem) souligne « le coût » de la défiscalisation des dons

Augmenter la défiscalisation des dons des mécènes comme l’idée a émergé après l’incendie de Notre-Dame ne serait « absolument pas raisonnable », juge Marielle de Sarnez, vice-présidente du MoDem, soulignant son « coût » pour l’Etat. « La loi actuelle est parfaitement suffisante. Aller plus loin me semble absolument pas raisonnable », a dit la députée de Paris sur Public Sénat. « L’Etat doit prendre en charge cette rénovation » de Notre-Dame, a-t-elle aussi convenu, et « il participera, puisque quand vous faites des dons c’est défiscalisé pour une partie », a remarqué la vice-présidente du MoDem, allié de la majorité présidentielle.

11h25 : La RATP et la SNCF s'engagent aussi pour sauver la cathédrale

La SNCF va diffuser un message d'appel aux dons sur les écrans d'affichage de 300 gares dans toute la France. Idem dans les stations RATP. A la station de métro Concorde, il sera également possible de faire des micro-dons de 1 à 5 euros sur les écrans numériques installés sur les quais de la ligne 1 grâce au sans contact. 

11h20 : Le Pont-du-Gard reversera ses recettes pour la construction

La direction du Pont du Gard annonce sur son compte Twitter qu’elle participera à « l’effort collectif de reconstruction » de Notre-Dame de Paris sur le week-end des 27 et 28 avril.

 

11h10 : Stéphane Bern s’emporte sur les polémiques concernant les dons

Sur le plateau de RMC ce mercredi, Stéphane Bern, s’est énervé : « Opposer les vieilles pierres aux hommes c’est ridicule dans la mesure où elles nourrissent les hommes. Cela donne de l’emploi ! Est-ce-que vous savez qu’il y a 500.000 emplois qui sont directement impactés par le patrimoine ? C’est des métiers, c’est des gens qui peuvent vivre grâce à ça et ce sont des métiers qui n’existent », s’est emporté l’animateur en charge du Loto du patrimoine. Plusieurs personnes se sont émues depuis lundi, des sommes données par certains pour sauver Notre-Dame, et qui peuvent parfois manquer à d'autres causes.

10h45 : La famille Pinault renonce à la réduction d’impôt sur son don

François-Henri Pinault a décidé de renoncer à la réduction fiscale de 60 % sur son don de 100 millions pour al reconstruction. Après l’annonce de son don, de nombreuses critiques ont souligné qu’avec la réduction fiscale, les donations seraient en partie financées par de l’argent public. « La donation pour Notre-Dame de Paris ne fera l’objet d’aucune déduction fiscale. La famille Pinault considère en effet qu’il n’est pas question d’en faire porter la charge aux contribuables français », indique dans un communiqué, François-Henri Pinault, président de la holding familiale et PDG du groupe de luxe Kering.

10h35 : Manon Aubry (LFI) dénonce « l’opération de communication » des grandes fortunes

Manon Aubry, tête de liste de la France Insoumise (LFI) aux élections européennes, a dénoncé ce mercredi « l’opération de communication » de grandes entreprises et grosses fortunes qui annoncent des dons très importants pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. « On ne peut pas faire de la préservation de notre patrimoine une grande opération de communication comme certains sont en train de faire », a-t-elle accusé sur LCI, dénonçant « une espèce de course à l’échalote de l’entreprise qui donnerait le plus tout en revendiquant l’exonération d’impôt ». « J’ai impression d’avoir le classement des entreprises présentes et des personnes présentes dans les paradis fiscaux », a-t-elle ironisé. « J’ai vraiment envie de leur dire : commencez par payer vos impôts, ça contribuera au budget de l’État et donc au budget de la culture », a-t-elle insisté

10h27 : Les éditeurs poche se mobilisent pour sauver Notre-Dame

D'après France Inter, les éditeurs de format poche ont décidé d'aider eux aussi à la reconstruction de la cathédrale. Gallimard va lancer un tirage spécial de Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo dont les bénéfices seront intégralement reversés à la souscription lancée par Emmanuel Macron pour la reconstruction. Hachette reversera un euro par exemplaire vendu jusqu'à la fin de l'année, et la collection poche Pocket reversera l'intégralité de sa marge.

 

10 h 08 : Le Pape et l’Église catholique reconnaissants envers les pompiers

Le pape François a exprimé mercredi « la gratitude de toute l’Eglise » catholique envers les pompiers et tous ceux « qui se sont dépensés, au risque même de leur vie », pour sauver la cathédrale Notre-Dame de Paris des flammes. « Que la Vierge Marie les bénisse et soutienne le travail de reconstruction. Que cela puisse être une œuvre collective, à la louange et à la gloire de Dieu », a déclaré le pape lors de son audience hebdomadaire devant des milliers de fidèles sur la place Saint-Pierre de Rome.

10 h 04 : Prier ou juste être là pour Notre-Dame

Hier soir, vingt-quatre heures après l’incendie, encore des milliers de personnes étaient réunies non loin de la cathédrale. Place Saint-Michel, côté rive gauche, beaucoup ont notamment prié.

 

10 h 01 : Finalement, le « trésor national » n’est pas une si bonne idée, dit Aillagon

L’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon est revenu mercredi sur sa proposition de faire bénéficier les dons qui seront versés pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, ravagée lundi soir par les flammes, d’une réduction d’impôt de 90 %, via le statut de « trésor national ».

Interrogé sur France Inter sur la nécessité de faire de Notre-Dame un trésor national, il a répondu « non, puisque la question des financements semble réglée ». « Dans l’émotion de l’incendie, je me suis dit qu’il fallait trouver une idée pour rapidement mobiliser des fonds, de façon à ce que le financement des opérations soit assuré dans les meilleurs délais », a expliqué Jean-Jacques Aillagon à la radio, mais « cette question est désormais dépassée ». L’ancien ministre de la Culture de Jacques Chirac est aujourd’hui directeur général de la collection Pinault… famille qui a promis 100 millions d'euros pour Notre-Dame.

9 h 47 : Bientôt le milliard ?

Un petit point sur les promesses de dons des grandes familles et grandes entreprises ? Hier soir, elles atteignaient déjà 800 millions d’euros, d’après l’AFP. La barre du milliard devrait être facilement franchie. Sans qu’on ait, à cette heure, la moindre évaluation du coût, sans doute considérable, de la reconstruction de Notre-Dame.

9 h 39 : Garou, Julie Zénati, Patrick Fiori et Hélène Ségara de retour pour Notre-Dame ?

Si nous ne jugerons bien sur pas de la pertinence de l’hommage, sachez qu’une pétition en ligne demande que la troupe de la comédie musicale Notre-Dame de Paris se reforme le temps d’un concert en faveur de la cathédrale dévastée par un incendie lundi soir. A l’heure ou nous écrivons ces lignes, le compteur approche les 68.000 signatures. Luc Plamondon, le producteur et parolier canadien à l’origine de la comédie musicale qui a connu un immense succès à la toute fin des années 1990, se dit « évidemment partant » auprès de 20 Minutes Suisse.

9 h 28 : Plus de 13 millions de téléspectateurs pour l’allocution présidentielle

L’intervention télévisée d’Emmanuel Macron, mardi soir, intégralement consacrée à l’incendie de Notre-Dame de Paris, a été regardée par au moins 13,48 millions de télespectateurs sur TF1, France 2 et M6… Sans compter donc celles et ceux qui étaient, par exemple, sur les chaînes d’infos.

9 h 21 : Le Parlement de Bretagne, à Rennes, a su renaître de ses cendres

Plusieurs monuments ont déjà connu des incendies comparables à celui de Notre-Dame de Paris. Même si chaque cas est particulier, et que la cathédrale de Paris a plus de 850 ans, ces exemples prouvent qu’un bâtiment très amoché peut renaître littéralement de ces cendres. C’est le cas du Parlement de Bretagne, incendié en 1994, le bureau de 20 Minutes à Rennes est retourné sur place.

9 h 12 : Estrosi veut que le gouvernement facilite les dons des collectivités locales

L’Etat, les entreprises, les particuliers… Et donc les collectivités pourraient participer au financement de la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame ? Le maire LR de Nice, Christian Estrosi, demande sur CNEWS à ce que le gouvernement facilite ces dons-là. L’édile a expliqué que les collectivités n’ont « pas le droit de dépasser une augmentation de [leurs] dépenses de fonctionnement de 1,2 % par an ». Or « si le gouvernement prenait la décision de ne pas comptabiliser dans cette augmentation de 1,2 % ce que chaque collectivité (…) mettrait pour apporter une contribution à la reconstruction de Notre-Dame, ce serait un formidable encouragement pour les collectivités », a-t-il estimé.

9 h 03 : Poutou ironise sur les dons des grandes entreprises

Depuis hier l’ironie est en effet très présente au sujet de la course à l’échalote à laquelle se sont livrée les familles françaises les plus riches. Les dons des familles Pinault, Arnault, Bettencourt ou Bouygues représentent plusieurs centaines de millions d’euros. Sauf qu’ils seront en grande partie défiscalisés. 60 % du coût du don sera en fait à la charge de l’Etat, comme rentrée fiscales en moins. Au milieu de toutes celles et ceux qui réclament que ces « grandes familles » paient tout simplement leurs impôts à un juste niveau, l’ancien candidat à la présidentielle pour le NPA, Philippe Poutou. « S’ils ont trop d’argent, qu’ils le mettent à disposition de la collectivité, il y a bien des urgences sociales. Ou qu’ils se laissent réquisitionner », a-t-il dit sur Twitter.

 

8 h 55 : La crise sociale est toujours là, rappelle Levavasseur

Ingrid Levavasseur n’est pas contente et elle le fait savoir. L’éphémère tête d’une liste de « gilets jaunes » pour les européennes demande à « revenir à la réalité » après l’incendie de Notre-Dame. Elle évoque « une colère naissante qui monte sur les réseaux sociaux » à ce sujet, et dénonçant « l’inertie des grands groupes face à la misère sociale alors qu’ils prouvent leur capacité à mobiliser en une seule nuit "un pognon de dingue" pour Notre-Dame ». Elle aussi dit « compatir énormément à [la] douleur » provoquée par la catastrophe.

8 h 49 : Le bois fait son lobbying

Reconstruire en cinq ans, ça veut probablement dire se passer le bois pour la nouvelle charpente de Notre-Dame. Après la Première Guerre mondiale, la cathédrale de Reims avait été reconstruite grâce à une charpente en béton (ce qui avait quand même mis des décennies). Les professionnels français du bois s’organisent déjà pour qu’un choix « plus traditionnel » soit fait.

L’assureur Groupama, investisseur institutionnel et propriétaire terrien, a par exemple « offert » les 1.300 chênes centenaires nécessaires à une reconstruction à l’identique, prélevés dans ses forêts normandes. Le syndicat filière bois (SFB) qui regroupe les exploitants forestiers, a renchéri en s’engageant à réserver ses « plus beaux chênes » pour le chantier. « Nous ne savons encore si la reconstruction se fera à l’identique, mais bien évidemment les forêts françaises, publiques et privées, sont mobilisées » pour ce joyau de l’architecture médiévale, a résumé à l’AFP Michel Druilhe, président de l’interprofession France Bois Forêt.

8 h 36 : Cinq ans, c’est jouable pour Willmotte

Depuis l’intervention d’Emmanuel Macron, hier soir, qui a annoncé vouloir reconstruire la cathédrale en seulement cinq ans, de nombreuses voix se sont fait entendre pour expliquer que c’était un objectif, au minimum, ambitieux. De nombreux et nombreuses spécialistes ont parlé de dix, quinze voire vingt ans de travaux. Ce matin, sur France Inter, l’architecte Jean-Michel Willmotte est le premier à dire que le délai de cinq ans est « tout à fait tenable » et que ça n’est qu’une question de choix technologique.

 

8 h 25 : Un site du gouvernement pour mieux organiser les dons

Le ministre de la Culture, Franck Riester, était dans Les Quatre Vérités ce matin sur France 2. Il a annoncé que le gouvernement avait lancé un site pour centraliser les dons des particuliers pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Ce site « labellise » en quelque sorte quatre organismes : la Fondation du patrimoine, le Centre des monuments nationaux, la Fondation Notre-Dame et la Fondation de France.

 

8 h 17 : Presse catholique et presse communiste à l’unisson

Mardi matin, Libération et Le Figaro avaient mis la même photo en une. Ce moment fatidique où la flèche de Notre-Dame est tombée. Ce matin, ce sont deux autres titres assez opposés qui tombent presque d’accord : La Croix et L’Humanité.

 

7 h 58 : La question du manque d’artisans

On sait encore bien peu de chose sur la reconstruction de Notre-Dame. Plusieurs options s’offriront aux autorités. Dans le cas d’une restauration plutôt « traditionnelle », le manque de main-d’œuvre qualifiée pourrait freiner le chantier. « Trouver suffisamment d’artisans capables de travailler la pierre, le bois, le plomb, le verre (…) est un défi pour le secteur dans toute l’Europe », déclare à l’AFP Francis Maude, directeur du cabinet d’architectes Donald Insall Associates, basé à Londres. « D’autres très grands projets sont confrontés aux mêmes difficultés, comme le Palais de Westminster, sur lequel nous travaillons ici à Londres », souligne-t-il.

7 h 53 : Le conseil des ministres sera consacré à la reconstruction

Comme d’habitude, le gouvernement se réunit à l’Elysée ce mercredi matin. On sait depuis hier que le conseil des ministres sera entièrement consacré à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame. Hier soir, lors de son allocution télévisée, Emmanuel Macron a annoncé un objectif : la reconstruction d’ici cinq ans. En 2024 Paris doit en effet accueillit le monde entier lors des Jeux olympiques. Mais beaucoup de spécialistes trouvent cet objectif au minimum ambitieux.

7 h 42 : La 3D à l’aide de Notre-Dame ?

Tout le monde n’a déjà plus que ce mot à la bouche : reconstruction. Le président de la République, Emmanuel Macron, en a fait le cœur de son intervention hier soir, lors de son allocution télévisée. Notre-Dame sera peut-être le premier monument historique reconstruit grâce à la 3D. Cette icône mondiale a bien sûr été photographiée mais aussi modélisée sous soutes les coutures. Une ressource inestimable après la catastrophe de l’incendie. En 2011 et 2012, les scientifiques américains ont littéralement scanné Notre-Dame à l’aide de lasers. Un nuage d’un milliard de points qui pourrait être bien utile aux architectes.

7 h 30 : Notre-Dame est toujours là

Bonjour, au petit matin du 17 avril Notre-Dame de Paris est toujours là. Les craintes autour de l’état global de l’édifice moins de vingt-quatre heures après la fin de l’incendie existent bien mais les travaux de consolidation ont déjà commencé et doivent continuer aujourd’hui.