Deux mois de prison à Malte pour un Nantais après une altercation avec des policiers pour un pipi dans la rue

VERY BAD TRIP Un étudiant nantais en week-end à Malte a passé deux mois en prison et dans les méandres judiciaires de l’île après une fin de soirée compliquée

Rachel Garrat-Valcarcel

— 

Des vacances à Malte, mais derrière les barreaux, pour un étudiant nantais.
Des vacances à Malte, mais derrière les barreaux, pour un étudiant nantais. — ANDREAS SOLARO / AFP

C’est sans doute un « week-end prolongé » dont un étudiant nantais se serait bien passé, que raconte Ouest-France. En Erasmus à Grenade, en Espagne, il part en week-end fin janvier à Malte avec des amis, dont un local. Il y a restera deux mois, en prison et dans les méandres de la justice de l’île.

Avant de repartir vers l’Espagne, les trois garçons sortent en boîte. Au petit matin, comme les hommes en ont trop souvent l’habitude, la bande décide de faire pipi dans la rue. Des policiers maltais, qui passaient par là, n’apprécient pas.

Gros ennuis, arnaque, prison

L’étudiant nantais décide de fuir « de peur de rater son avion », dit le journal local. Pas de chance : il est rattrapé dix mètres plus loin. Les parents de l’étudiant expliquent que les policiers « lui sont tombés dessus, l’ont bastonné. C’est sans doute à ce moment-là qu’un policier s’est fait mal ».

C’est en effet le début des gros ennuis pour le jeune homme, qui est arrêté, non pas pour avoir fait pipi dans la rue, mais pour injures, offense et résistance à un représentant de la force publique. Il passe en comparution immédiate et est transféré en prison. Mais la procédure va être longue, car le jeune Français ne parle pas le maltais. Aussi, la famille dit avoir été plusieurs fois arnaquée, par un avocat, un traducteur… Ce qui a fini par alourdir la facture.

L’étudiant et ses parents ont d’ailleurs dû faire appel à la solidarité des proches et amis via une cagnotte pour payer entre 15.000 et 20.000 euros de frais de justice mais aussi les voyages des parents sur l’île méditerranéenne.