Pyrénées-Orientales: Soupçonné d'avoir élevé et abattu des animaux illégalement dans une «ferme de l'horreur»

ANIMAUX Des chevreaux, des truies, un cochon et des porcelets ont été pris en charge

N.B.

— 

Un cochon domestique. Illustration.
Un cochon domestique. Illustration. — J. Lewis / AP / Sipa

Les gendarmes ont démantelé une exploitation qualifiée de « ferme de l’horreur », dans les Pyrénées-Orientales. Ce sont des membres de l’association de protection de la cause animale « Un refuge, un cœur » qui s’étaient déplacés pour s’assurer de la bonne forme d’un cheval, qui ont découvert un terrain suspect, non loin de là, rapporte L'Indépendant.

Sur ce champ, les bénévoles ont vu des peaux de bête, des restes de carcasses, des animaux en décomposition, au milieu de déchets. « C’était horrible », écrit l’association, sur sa page Facebook. Sur place, après l’accord du parquet, « Un refuge, un cœur » a pris en charge deux chevreaux, quatre truies, un cochon et cinq porcelets.

Un rappel à la loi

Inquiété notamment pour des soupçons d’abattage illégal, l’homme, soupçonné de ne pas être en conformité avec la réglementation, a indiqué aux enquêteurs qu’il achetait ses animaux pour les manger, mais qu’il fournissait également des clients, poursuit le quotidien régional.

Le propriétaire a fait l’objet d’un rappel à la loi. Un suivi sera effectué, et il devra nettoyer son terrain. L’association de son côté a ouvert une cagnotte en ligne pour l’aider à prendre en charge les animaux sauvés.