Décès dans un Ehpad: «Après le repas beaucoup ont commencé à avoir des vomissements»

HAUTE-GARONNE Cinq pensionnaires d’une maison de retraite de Lherm, en Haute-Garonne, sont morts dans la nuit de dimanche à lundi, victimes d’une probable intoxication alimentaire. Les familles sont inquiètes

Béatrice Colin

— 

La maison de retraite La Chêneraie à Lherm où plusieurs résidents sont décédés probablement en raison d'un intoxication alimentaire.
La maison de retraite La Chêneraie à Lherm où plusieurs résidents sont décédés probablement en raison d'un intoxication alimentaire. — B. Colin - 20 Minutes

Après le dîner, dimanche soir, 22 résidents de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) « La Chêneraie », à Lherm, au sud de la Ville rose, ont été pris de malaise. Selon une source proche de l’enquête, cinq d’entre eux sont décédés, une quinzaine d’autres sont hospitalisés à l’hôpital Rangueil de Toulouse.

Beaucoup de proches ont appris le drame à la radio ou à la télé. Ce lundi matin, ils arrivent au compte-gouttes devant l’établissement où vivent 80 résidents pour prendre des nouvelles leurs parents.

Les parents de Chantal font partie des pensionnaires depuis trois ans. Ils n’ont pas été touchés par la probable intoxication alimentaire. « D’après ce qu’ils m’ont dit ce sont les personnes en fin de vie qui mangeaient mixé qui ont été touchées. Mes parents mangent normalement », explique Chantal. Elle n’a pas été prévenue, seuls les parents des personnes concernées l’ont été. Chantal est remontée, pour elle « cela vient s’ajouter au reste », en particulier « le manque de personnel ».

Jean Pierre, un peu inquiet, est venu voir comment vont sa mère, qui a la maladie d’Alzheimer, et son frère, tous deux dans cette maison de retraite depuis 2011. « Ils vont bien, mon frère est choqué. Après le repas beaucoup ont commencé à avoir des vomissements. J’ai participé à plusieurs repas sur place et je n’ai jamais eu de souci » relève-t-il. A l’intérieur de l’établissement il a vu beaucoup de monde s’affairer.

Les cuisines sous scellés

Tout comme Max, qui habite a 20km de là, est venu vérifier que son frère de 65 ans allait bien. « Il faut éclaircir ce qui s’est passé », lance-t-il.

Face à l’ampleur de cette intoxication, les services de l’Etat ont ouvert le centre opérationnel départemental opérationnel en lien avec l’Agence régionale de santé.

Une enquête a été confiée à la brigade de gendarmerie de Muret, appuyée par la section de recherche. Les cuisines de l’Ehpad ont été placées sous scellés dès dimanche soir à 23h30. Les repas, une salade périgourdine et du poulet basquaise, sont en cours d’analyse.