Oise: Ils ne pensaient pas que leur petit «pétard» les mènerait en prison

TRAFIC DE DROGUE En contrôlant quatre fumeurs de cannabis, les gendarmes de l’Oise ont découvert un petit trafic de stupéfiants

Mikaël Libert

— 

Le fruit des perquisitions des gendarmes.
Le fruit des perquisitions des gendarmes. — Gendarmerie nationale

Pour les gendarmes, le hasard fait parfois bien les choses. Début février, les militaires de la brigade territoriale autonome (BTA) de Noailles, dans l’Oise, ont pu démanteler un trafic local de cannabis en suivant la piste de simples fumeurs de joints, a-t-on appris, jeudi.

Quatre jeunes ont été surpris par les gendarmes, le 5 février, alors qu’ils étaient en train de fumer du cannabis dans leur voiture, stationnée sur la voie publique dans le secteur de la commune de Noailles. Les militaires ont dûment contrôlé les contrevenants mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là.

Argent liquide et un kilo de cannabis

Le fameux flair du gendarme, et la découverte de 1.000 euros en liquide sur l’un des suspects, a incité les militaires à mener des investigations plus poussées. Des perquisitions ont été diligentées aux domiciles des mis en cause et elles ont permis de découvrir « 800 grammes de résine de cannabis et de 200 grammes d’herbe de cannabis ».

En trois jours et après les auditions de témoins, les investigations ont permis aux gendarmes de déterminer lequel des quatre hommes était la « tête de réseau ». Celui-ci, connu de la justice, avait déjà été condamné dans une affaire de stupéfiants, fin 2018. La petite bande a été déférée devant le parquet de Beauvais et convoquée en comparution immédiate, le 11 février, pour « trafic de produits stupéfiants ». A la demande des mis en cause, l’audience a été reportée au 20 mars.

Le prévenu considéré comme la tête du réseau a été condamné à dix mois de prison ferme, peine à laquelle s’ajoutent la révocation d’un sursis de trois mois et une amende de 2.000 euros. Deux autres prévenus écopent respectivement de six et quatre mois de prison. Le dernier a été relaxé.