Haute-Garonne: Mais qui tronçonne les arbres des routes du Comminges la nuit, au risque de provoquer des accidents ?

ENQUETE Une dizaine d’arbres ont été abattus la même nuit dans cinq communes du Comminges en Haute-Garonne et volontairement laissés au milieu de la route. Les gendarmes enquêtent sur cette hécatombe aussi dangereuse que mystérieuse

Helene Menal

— 

Une souche d'arbre. Illustration.
Une souche d'arbre. Illustration. — C. Sorge - Sipa
  • Une dizaine d’arbres ont été abattus la même nuit dans cinq communes du Comminges, au sud de Toulouse, et laissés au beau milieu de la route.
  • La mystérieuse hécatombe a provoqué deux accidents.
  • En l’absence de revendication, les gendarmes enquêtent et une plainte contre X a été déposée.

Une délinquance d’un nouveau type, qu’on pourrait appeler « vandalisme arboricole », a frappé le secteur du Comminges, en Haute-Garonne, dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 mars. Les arbres sont tombés comme des mouches sur la voirie, abattus en pleine nuit. Surtout, le mystérieux « tronçonneur » a laissé volontairement choir les troncs au beau milieu de la route.

Cinq communes du Comminges sont concernées : Labarthe-Rivière, Valentine, Miramont-de-Comminges, Landorthe et Saint-Marcet. Les services du Conseil départemental ont été prévenus à partir de 4 heures du matin, intervenant pour dégager les routes au fil des appels des automobilistes qui ont composé le 17. « En tout, une dizaine d’arbres et deux poteaux téléphoniques ont été abattus et sont tombés sur le domaine public », indique la collectivité, confirmant une information dévoilée mercredi matin par France Bleu Occitanie.

Cinq communes du Comminges ont été ciblées.
Cinq communes du Comminges ont été ciblées. - Map4News

Deux accidents heureusement sans gravité

La mystérieuse hécatombe de chênes ou châtaigniers prêterait à sourire si les troncs n’avaient pas représenté un terrible danger nocturne pour les conducteurs. Il y a d’ailleurs eu deux accidents, heureusement sans gravité, selon le Conseil départemental. A Saint-Marcet, une voiture est entrée en collision avec un tronc, un peu plus loin, un scooter a chuté.

« Chez nous, l’arbre a été tronçonné dans une ligne droite où les gens roulent vite, les conséquences auraient pu être terribles », confie à 20 Minutes Claire Vougny, la maire de Labarthe-Rivière. Elle n’a été informée que lundi de l’étrange épidémie qui touche le Comminges et appelle les conducteurs nocturnes à la prudence.

La souche d'un châtaigner abattu à Labarthe-Rivière, en bordure de la RD9.
La souche d'un châtaigner abattu à Labarthe-Rivière, en bordure de la RD9. - C. Vougny

« Est-ce que ça implique une ou plusieurs personnes ? Et surtout dans quel but, pour quelle revendication ? Tous les maires se posent des questions », indique Claire Vougny, plutôt « inquiète » ? Elle s’est même demandé si elle avait pu mécontenter un de ses administrés…

L’enquête sur l’abatteur d’arbres en série a été confiée à la gendarmerie de Saint-Gaudens. Le Conseil départemental a déposé plainte contre X.