Le patron de «Corse-Matin» en garde à vue pour abus de biens sociaux

MEDIAS L'actuel directeur général de Corse-Matin Antony Perrino est mêlé à une affaire impliquant un membre présumé de la bande criminelle du «Petit Bar»

20 Minutes avec AFP

— 

Des Unes du journal «Corse Matin »
Des Unes du journal «Corse Matin » — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

L'ex-PDG et actuel directeur général de Corse-Matin, également entrepreneur immobilier, Antony Perrino a été placé mercredi matin en garde à vue pour «abus de biens sociaux» en lien avec un membre présumé de la bande criminelle du «Petit Bar». 

«Il est en garde à vue pour abus de biens sociaux depuis ce matin à 8H45» à la direction régionale de la police judiciaire d'Ajaccio, a précisé le procureur de la République d'Ajaccio, Eric Bouillard, confirmant une information du Monde.

Des liens avec le «Petit Bar»

«Cela concerne les liens d'Antony Perrino avec le "Petit Bar". Il s'agit de la location à Pascal Porri et à son épouse d'un appartement de 200 mètres carrés dans la résidence Albert 1er pour un loyer très largement inférieur au marché» par «Antony Perrino en sa qualité de gérant d'une SARL de commerce immobilier», a indiqué le procureur.

L'appartement loué se trouve au dernier étage d'un immeuble ajaccien construit face à la mer par le groupe immobilier d'Antony Perrino. «Par ailleurs, Pascal Porri et Valérie Mouren sont entendus sur leur train de vie et notamment de nombreux paiements en espèce», a également déclaré Eric Bouillard.

Contacté par l'AFP, l'avocat de Pascal Porri, Me Pascal Garbarini a indiqué que son client «conteste fermement les faits» mais «participe aux vérifications qui ont été faites et est tout à fait serein par rapport à ces vérifications». Ces gardes à vue interviennent dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 14 novembre 2017 par le parquet d’Ajaccio.