Marseille: Sept interpellations en marge du carnaval, qui a dégénéré dans la soirée

FAITS DIVERS Des vitrines de magasins ont été brisées, des poubelles ont été incendiées et des caméras de vidéosurveillance ont été détruites

J.S.-M. avec AFP

— 

Les carnavaliers ont brûlé une effigie de Jean-Claude Gaudin.
Les carnavaliers ont brûlé une effigie de Jean-Claude Gaudin. — Capture d'écran Facebook

Ils s’en sont d’abord pris au « vieux porc de Marseille » : c’est ainsi qu’ils surnomment Jean-Claude Gaudin, qui incarnait, ce dimanche, le Caramentran, le personnage traditionnel (et maléfique) du carnaval provençal. Un épouvantail brûlé en fin de carnaval, conformément à la tradition. Ce qui l’est moins – traditionnel – ce sont les affrontements entre policiers et carnavaliers qui ont éclaté dans la soirée.

Des vitrines de magasins ont été brisées, des scooters et des poubelles ont été incendiés, des caméras de vidéosurveillance ont été détruites par 300 manifestants (le cortège a réuni jusqu’à 3.400 personnes), qui protestaient contre la rénovation du quartier de La Plaine et contre la politique de la majorité Les Républicains à Marseille.

Deux policiers blessés

Sept personnes ont été interpellées et deux policiers ont été blessés lors des échauffourées, a indiqué la direction départementale de la sécurité publique (DDSP). L’Arc de Triomphe de la porte d’Aix a été tagué, des bombes agricoles ont été jetées sur les policiers et « beaucoup d’établissements bancaires » ont été vandalisés, a ajouté la même source.