Sète: Il faisait disparaître les yeux des défunts sur les photos ornant leurs tombes

PROFANATION Depuis plusieurs mois, ce sont près de 90 sépultures qui auraient été profanées par un homme de 50 ans, jugé responsable de ses actes

Jerome Diesnis

— 

Le cimetière marin, à Sète, où est enterré Paul Valéry, surplombe la Méditerranée. Plusieurs tombes y ont été profanées.
Le cimetière marin, à Sète, où est enterré Paul Valéry, surplombe la Méditerranée. Plusieurs tombes y ont été profanées. — NICOLAS JOSE/SIPA

Un homme âgé d’une cinquantaine d’années a été interpellé par la police, à Sète, dans l’Hérault. Depuis plusieurs mois, les plaintes s’étaient accumulées après la dégradation de nombreuses tombes dans le cimetière marin (où repose Paul Valéry) et le cimetière Le Py (où est enterré Georges Brassens) à Sète. Ce sont près de 90 tombes qui auraient été profanées, selon un décompte en cours des enquêteurs.

Les plaques tombales étaient balafrées et, sur les photos des défunts ornant les tombes, les yeux étaient grattés à l’aide d’un objet contondant, afin de les faire disparaître. Les policiers avaient demandé aux familles de ne pas ébruiter cette affaire afin de favoriser l’issue de l’enquête. Le suspect aurait reconnu les faits pendant sa garde à vue.

Reconnu responsable de ses actes

Après expertise psychiatrique, il a été considéré comme responsable de ses actes. Remis en liberté, il sera de nouveau convoqué à la fin du mois — une fois arrêté le décompte précis des profanations, en vue d’une future convocation devant la justice.