Haute-Corse: Une femme tuée par son ex-compagnon à Ile-Rousse

MEURTRE Cent trente femmes ont été tuées en 2017 en France par leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami

L. Br. et F.F. avec AFP

— 

Le village d'Ile-Rousse en Haute-Corse.
Le village d'Ile-Rousse en Haute-Corse. — Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP

Elle avait porté plainte plusieurs fois et se sentait en danger face à son ex-conjoint. Julie D., 35 ans a été tuée par arme à feu dimanche matin, « manifestement » par son compagnon, dans une résidence d’Ile-Rousse en Haute-Corse. L’homme a été mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire, a indiqué la procureure de la République de Bastia.

« Manifestement, ce serait le compagnon de la victime qui lui aurait tiré dessus à deux reprises. Il s’est présenté dans la foulée aux services de gendarmerie pour se constituer prisonnier », a ajouté la procureure de la République de Bastia, Caroline Tharot. L’homme, au casier judiciaire vierge d’après le parquet, contacté par 20 Minutes, a été placé en garde à vue puis mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire. Il disposait selon nos informations d’une licence de tir sportif délivré par la préfecture.

Plusieurs dépôts de plainte

Julie D. avait quitté son mari en octobre. D’après une source proche du dossier, elle s’était rendue à la gendarmerie pour déposer des mains courantes concernant la garde des enfants du couple et porter plainte à plusieurs reprises pour violences et vol. Fin janvier, le juge des affaires familiales avait provisoirement confié la garde des deux enfants au père, le temps qu’une enquête sociale soit réalisée.

Le parquet indique par ailleurs que des plaintes des deux côtés avaient été déposées. Une médiation pénale entre les deux parties était fixée au 6 novembre dernier, date à laquelle le père de la victime a déposé plainte contre son ancien gendre pour menaces de mort. « Des faits qu’aucun témoin n’a pu confirmer », note la procureure de la République qui tient à indiquer que « toutes les plaintes ont été dûment traitées par les gendarmes ». Caroline Tharot explique également que la victime affirmait ne plus avoir été frappée par son ex-conjoint depuis octobre 2018.

Cent trente femmes ont été tuées en 2017 en France par leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami, contre 123 en 2016, selon des données communiquées par le ministère de l’Intérieur. Sur ces 130 femmes, 109 formaient un couple stable avec leur meurtrier, et 21 ont été tuées par un petit ami, un amant ou une relation épisodique. A ces chiffres, il faut ajouter 25 enfants tués dans le cadre de violences conjugales, et 151 tentatives d’homicides au sein du couple.