Isère: «Ils m’ont dit qu’ils allaient me tuer»… Le maire de Crémieu Alain Moyne-Bressand a été victime d’un braquage

AGRESSION Ancien député de la 6e circonscription de l’Isère et actuel maire de Crémieu, Alain Moyne-Bressand a été victime d’un braquage à son domicile, dans la nuit de vendredi à samedi 

J.Lau.
— 
Alain Moyne-Bressand, à gauche, ici lors d'une visite de Nicolas Sarkozy à Crémieu (Isère) en mars 2016.
Alain Moyne-Bressand, à gauche, ici lors d'une visite de Nicolas Sarkozy à Crémieu (Isère) en mars 2016. — ALLILI/SIPA

Alain Moyne-Bressand s’est rendu samedi après-midi à la gendarmerie de Crémieupour déposer plainte. Le maire de cette commune iséroise a en effet été victime la nuit précédente d’une violente agression, à son domicile de Soleymieu et en compagnie de son épouse, comme l’explique Le Dauphiné Libéré.

Vers 3 heures du matin, trois individus encagoulés ont fait irruption dans la chambre de l’élu, après avoir fracturé la porte de la cuisine. D’après le témoignage de l’ancien député de la 6e circonscription de l’Isère, l’un d’entre eux avait un fusil à la main et les deux autres une arme de poing.

« Ils ont mis leur fusil contre mon visage »

« Ils m’ont menacé en mettant leur fusil contre mon visage, confie Alain Moyne-Bressand au Dauphiné Libéré. Ils ont fouillé partout, ils ont tout saccagé à l’intérieur en me disant qu’ils allaient me tuer. Ils cherchaient un coffre avec de l’argent, mais je n’ai pas de coffre chez moi. » « Extrêmement choqué », il raconte qu’il a été forcé de donner aux agresseurs plusieurs centaines d’euros en liquide.

Son épouse a fourni de son côté sa carte bleue et son code. Deux retraits de 300 euros auraient depuis été effectués sur ce compte. Les malfrats ont quitté le domicile d’Alain Moyne-Bressand au bout d’une heure, en emportant aussi des bijoux. Une heure traumatisante pour ce couple isérois, qui a prévenu la gendarmerie dans la foulée.