Nantes: Le directeur de l'enseignement catholique mis en examen pour trafic de stupéfiants

FAITS DIVERS Philippe Cléac’h avait pris ses fonctions de directeur en septembre 2017

D.P. avec AFP

— 

Illustration diocèse
Illustration diocèse — S. Forster -Rax Shutterstock - Sipa

L’affaire fait grand bruit. Le directeur de l’enseignement catholique du diocèse de Nantes a été mis en examen fin janvier pour trafic de stupéfiants, puis licencié le mois suivant pour « raisons professionnelles ».

Philippe Cléac’h, qui avait pris ses fonctions de directeur en septembre 2017, a été mis en examen le 24 janvier pour détention, offre, cession et acquisition de produits stupéfiants, a déclaré une source proche de l’enquête, confirmant une information de Presse Océan. Laissé libre, il a été placé sous contrôle judiciaire.

« Aucune remontée de parents d’élèves »

Ce n’est qu’un mois plus tard, le 22 janvier, que ce père de famille de 52 ans a été licencié de son poste, officiellement pour « des motifs et des raisons professionnelles » qui n’ont « pas de lien juridique » avec cette mise en examen, affirme Marie-Caroline Hamon, déléguée générale de l’enseignement catholique de Loire-Atlantique.

« La surprise est très grande, cette situation est complètement inédite pour nous. On est vraiment en proximité immédiate avec nos chefs d’établissement qui apprennent la nouvelle ce matin et auraient besoin d’échanger », ajoute-t-elle, indiquant ne pas avoir eu « de remontée de parents d’élèves pour l’instant ». L’enquête a été confiée à la section de recherches de Nantes.

Dès le 25 janvier, l’évêque Jean-Paul James avait nommé Jean-Loup Leber au poste de directeur par intérim, une fonction qu’il exercera jusque fin août avant la nomination d’un nouveau directeur pour la rentrée de septembre.

L’enseignement catholique en Loire-Atlantique accueille environ 102.400 élèves répartis dans quelque 350 établissements allant du primaire au lycée.