Aisne: Des coups de feu pour clore un «road rage» de Saint-Valentin

FAITS DIVERS Un livreur et un automobiliste ont eu un différend qui s’est terminé devant le tribunal correctionnel

Mikael Libert

— 

Un véhicule de la gendarmerie (illustration).
Un véhicule de la gendarmerie (illustration). — B. Colin / 20 Minutes

Le 14 février dernier, jour de la Saint-Valentin, un chauffeur livreur a fait appel aux gendarmes après avoir été la cible de coups de feu. Selon lui, tout est parti d’un différend avec un automobiliste sur la route de Basseville, près de Château-Thierry, dans l’Aisne.

Selon les militaires, le chauffeur-livreur, à bord de sa fourgonnette, a reconnu avoir effectué un dépassement dangereux aux dépens d’un automobiliste qui roulait sur le CD82. Mécontent, l’automobiliste a accéléré, faisant comprendre son intention de s’expliquer. Les deux véhicules se sont suivis sur plus de 10 kilomètres, multipliant les comportements dangereux, expliquent les gendarmes.

Il prend peur et fait appel à un ami armé

La fourgonnette s’est finalement arrêtée, forçant l’automobiliste derrière à faire de même. Ce dernier, pris de peur, a appelé un ami, lui demandant de le rejoindre avec une arme à feu afin de faire fuir le chauffeur-livreur.

L’ami est venu armé et a tiré trois fois sur la fourgonnette, provoquant effectivement la fuite du livreur jusqu’à son domicile de Nogent l’Artaud. Les gendarmes de la compagnie de Château-Thierry – Nogentel ont donc mené des investigations qui leur ont permis d’identifier l’automobiliste et son complice.

Tous deux ont été interpellés et placés en garde à vue. A l’issue, ils ont été déférés puis jugés en comparution immédiate, lundi, par le tribunal correctionnel de Soissons. Le chauffeur-livreur a, lui aussi, du s’expliquer devant la justice. Selon les gendarmes, les trois protagonistes ont été condamnés à des peines comprises entre 8 et 24 mois de prison partiellement assorties de sursis. L’auteur des coups de feu s’est aussi vu confisquer toutes ses armes. Le permis de conduire du chauffeur-livreur a par ailleurs été annulé.