Loiret: Un «gilet jaune» licencié par Amazon lance une cagnotte pour financer son procès

PROCES Il avait notamment appelé à bloquer les entrepôts d'Amazon sur sa page Facebook

20 Minutes avec agence
— 
Un entrepôt Amazon à Saran, en France.
Un entrepôt Amazon à Saran, en France. — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Licencié par Amazon le 4 décembre après avoir appelé au blocage des entrepôts de Saran (Loiret), un « gilet jaune » est désormais engagé dans une bataille juridique contre son ancien employeur. Pour s’en sortir, il a lancé une cagnotte en ligne afin de financer ses frais de justice, rapporte France Bleu Orléans.

« Beaucoup de gens me soutiennent et veulent que j’aille au bout de la procédure, a déclaré Rémi Deblois au micro de la radio locale. J’ai besoin aussi de leur aide financière pour continuer car actuellement je n’ai pas les moyens nécessaires. » Avec cette cagnotte il espère récolter 2.000 euros pour payer le procès aux Prud’hommes.

242 euros récoltés pour l’instant

L’ancien employé considère la sanction « exagérée ». « Qui n’a pas eu envie de bloquer des entrepôts logistiques pour faire comprendre au gouvernement et aux grands patrons qu’ils ont besoin de nous pour faire rentrer l’argent dans les caisses, […] que nous en avons marre d’être pris pour des esclaves », explique le trentenaire sur sa cagnotte Leetchi. « J’ai écrit ce message alors que j’étais énervé et je n’ai jamais mis en danger la sécurité de l’entrepôt. »

Une semaine après le lancement de sa cagnotte, Rémi Deblois n’a récolté que 242 euros grâce à quinze participants. De son côté, Amazon considère ce licenciement comme justifié. « On ne reproche pas aux gens de soutenir le mouvement des ''gilets jaunes'', a déclaré Alexis Brianceau, DRH des entrepôts de Saran. Mais ils doivent respecter les obligations contractuelles qu’ils ont. »