«Gilets jaunes» à Dijon: Quatre hommes interpellés pour violences et intrusion dans une caserne

ARRESTATIONS Les quatre hommes sont soupçonnés de s'être introduits dans une caserne et d'avoir commis des dégradations...

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation de "gilets jaunes" à Dijon, le 15 décembre 2018.
Manifestation de "gilets jaunes" à Dijon, le 15 décembre 2018. — SIPA

La police a interpellé quatre hommes ce mercredi à Dijon. Ils sont suspectés d’avoir commis des violences sur des gendarmes et, pour certains, de s’être introduits dans une caserne lors de la manifestation des « gilets jaunes » du 5 janvier, a indiqué le parquet.

Leurs gardes à vues vont être prolongées. Interrogés, ces quatre hommes sont soupçonnés de « violences aggravées et, pour certains d’entre eux, d’introduction frauduleuse sur terrain militaire et de dégradations aggravées », a précisé le procureur de la République Eric Mathais. La manifestation des « gilets jaunes » du 5 janvier à Dijon, qui avait rassemblé 1.200 personnes selon la police et 3.500 selon les organisateurs, a débordé lorsque certains participants s’en sont pris à la caserne Deflandre.

Gendarmes blessés et grillages arrachés

Deux gendarmes ont été blessés. L’un a reçu un support de panneau métallique en plein visage, lui cassant plusieurs dents et entraînant 15 jours d’Interruption Temporaire de Travail (ITT). L’autre s’est vu prescrire trois jours d’ITT pour des contusions à l’avant-bras, de source de la gendarmerie.

Des grillages de cette caserne, quartier général de la gendarmerie dans la région où résident 450 militaires et leurs familles, ont également été arrachés. L’enquête, confiée à la brigade et à la section de recherches de la gendarmerie de Dijon, avait été prolongée sur décision du procureur.