«Gilets Jaunes» à Toulon: Une ambulancière porte plainte contre un policier qui lui aurait donné un coup de tête

VIOLENCE A TOULON Une ambulancière assure avoir reçu un violent coup de tête samedi par le commandant de police Didier Andrieux, déjà auteur de coups de poing sur d’autres « gilets jaunes »… 

A.M.

— 

Illustration d'une manifestation de « gilets jaunes ».
Illustration d'une manifestation de « gilets jaunes ». — AFP
  • Une ambulancière « gilet jaune » affirme avoir été victime d’un coup de tête par la part d'un policier lors d’une manifestation, samedi, à Toulon.
  • Une enquête de l’IGPN a été ouverte contre Didier Andrieux, suspecté d’avoir violenté trois autres « gilets jaunes » au cours de cette manifestation.

Le commandant de police Didier Andrieux aurait donné un coup de tête à Séverine Charpentier, ambulancière et « gilet jaune », samedi lors d’une manifestation à Toulon. L’ambulancière a raconté sa mésaventure à Var-Matin, alors que de nombreuses vidéos faisant état du degré de violence du policier sur d’autres manifestants font le tour des réseaux sociaux.

Selon son récit, Séverine Charpentier se serait mise à crier lors de l’interpellation d’un jeune « gilet jaune », qui protestait alors qu’il se faisait molester par quatre ou cinq policiers. « "Toi dégage, casse-toi", m’a invectivé ce policier, raconte-t-elle. Je lui ai alors répondu "et vous, c’est comme ça que vous parlez ?" ». Ce à quoi le policier lui aurait répondu qu’elle n’était « qu’une femme », avant de la pousser et de lui mettre un coup de tête.

« Elle criait mais elle n’agressait personne »

Une collègue de Séverine Charpentier, également citée par le quotidien varois, a confirmé les propos de l’ambulancière : « Elle criait mais elle n’agressait personne. Elle a reçu un coup de tête. C’était irréel. Elle était sonnée, choquée. Elle est restée debout en pleurs, on l’a soutenue pour s’éloigner. »

Plus tard dans la soirée de samedi, Séverine Charpentier a reconnu le commandant de police Didier Andrieux comme étant l’auteur du coup de tête et ce, grâce aux réseaux sociaux. Elle cherche d’éventuelles vidéos de la scène pour les transmettre à son avocat et a déposé plainte dimanche matin. Une plainte dont le procureur de la République, Bernard Marchal, a confirmé l’existence à 20 Minutes. L’IGPN a par ailleurs été saisie pour faire la lumière sur les violences commises par Didier Andrieux envers trois « gilets jaunes », toujours lors de la manifestation de samedi à Toulon.