VIDEO. Montpellier: Victime d'une agression homophobe à Lille, il n'a pas pu déposer plainte

HOMOPHOBIE Fares Araoudiou, 34 ans, souffre de deux côtes et d'une clavicule fêlées...

Nicolas Bonzom

— 

Fares Araoudiou, 34 ans.
Fares Araoudiou, 34 ans. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Le 26 décembre dernier, Fares Araoudiou, 34 ans, a été pris à partie par trois individus, à Lille, parce qu'il tenait son compagnon par le bras.
  • Au commissariat de Lille, les policiers ont refusé de prendre la plainte des deux hommes, sous prétexte qu'ils n'avaient pas de certificat médical.
  • Un certificat médical qui n'est pourtant pas obligatoire lors d'un dépôt de plainte.

Le 26 décembre dernier, Fares Araoudiou, 34 ans, a été pris à partie par trois individus, à Lille, parce qu’il tenait son compagnon par le bras. Le Montpelliérain, qui a grandi dans le Nord, a souhaité dénoncer publiquement la violente agression homophobe dont il a été victime, lors d’une conférence de presse, ce lundi.

« Après être sortis du métro au quartier République/Beaux-Arts, nous avons pris une rue adjacente, pour éviter d’emprunter une rue commerçante, rapporte Fares Araoudiou. Trois jeunes hommes nous ont alors insultés, des insultes traditionnelles que les homosexuels ou les lesbiennes subissent malheureusement tous les jours. » « On vous emmerde », a alors lancé le Montpelliérain. « Ils sont venus au contact, je me suis défendu, reprend-il. J’ai fait douze ans de boxe thaïlandaise. Je les ai mis en fuite. »

Les policiers n’ont pas pris la plainte des deux hommes

A « une quarantaine de mètres de là », assure Fares Araoudiou, se trouvaient des forces de l’ordre, qui n’auraient rien vu de l’agression. Au commissariat de Lille, le couple a sonné à l’interphone, mais n’a pas pu entrer : les policiers ont refusé de prendre la plainte des deux hommes, sous prétexte qu’ils n’avaient pas de certificat médical, reprend Fares Araoudiou, qui souffre de deux côtes et d’une clavicule fêlées. Dans une clinique de Montpellier, quatre jours d’ITT et 20 jours d’arrêt maladie lui ont été prescrits.

Le 30 décembre, dans un communiqué, la préfecture du Nord indiquait que « conformément à la procédure en vigueur, les agents qui les ont accueillis leur ont demandé de faire, dans un premier temps, constater les blessures par un médecin et dénombrer les jours d’ITT permettant ainsi de qualifier pénalement les faits. »

« Qu’ils exigent un avis médical n’est pas normal »

Un certificat qui n’est pas pourtant pas obligatoire aux yeux de la loi, rappelle Olivier Vaillé, vice-président de l’association Fierté Montpellier Pride. « Les policiers doivent enregistrer la plainte, à n’importe quel moment. Qu’ils exigent un avis médical n’est pas normal. Quand la personne n’est pas allée aux urgences ou à l’unité médico-judiciaire, c’est à la police de réquisitionner les services compétents », s’insurge Olivier Vaillé. De son côté, la police de Lille confirme à 20 Minutes ce lundi qu’un certificat médical n’est pas obligatoire lorsque l’on dépose plainte, mais qu’en raison de son état, une victime peut être parfois d’abord présentée à des services de santé pour être prise en charge.

Fares Araoudiou a finalement pu déposer plainte à Montpellier, le 29 décembre, et une enquête a été confiée à la sûreté urbaine de Lille, sous la conduite du procureur de la République. La police de Lille assure n’avoir pas encore pu joindre la victime pour l’entendre. De son côté, le jeune homme assure que personne ne l’a contacté, ni son avocat. « Je suis entièrement à la disposition de la justice », indique le trentenaire.

Quant à sa proximité avec les « gilets jaunes », qui lui est reprochée par certains internautes sur les réseaux sociaux, Fares Araoudiou, ancien administrateur d’un groupe Facebook lié à la contestation, assure avoir fermé sa page et quitté le mouvement « en raison des violences » qui font rage, en marge des manifestations.