Nantes: Un «serial-tronçonneur» de caméras dans les rues de la ville?

FAITS DIVERS C’est la troisième fois en un peu plus d’un mois que des individus s’en prennent aux poteaux qui supportent les caméras de vidéosurveillance…

David Phelippeau

— 

Une des caméras de vidéo-surveillance quai de Paludate.
Une des caméras de vidéo-surveillance quai de Paludate. — Clément Carpentier

La série ne s’arrête plus. Ce jeudi soir, la police raconte un nouveau cas de « tronçonnage » de poteau qui supporte une caméra de vidéosurveillance.

Mercredi, dans la soirée, vers 19h30, la police est alertée par la présence de trois individus qui à l’aide d’un lapidaire tronçonnent un poteau situé au 2 rue du Luxembourg à Nantes. Ledit poteau d’une hauteur de 12 mètres supporte une caméra de vidéo surveillance de la ville de Nantes. Afin d’empêcher toute chute intempestive du poteau sur la voie publique, ce dernier est couché au sol et débité.

Deux cas déjà en novembre et début décembre

Un premier « tronçonnage » avait déjà eu lieu fin novembre, quartier des Dervallières. Puis, début décembre, dans le même quartier, des individus s’en étaient pris aux caméras de vidéosurveillance de la ville de Nantes, ou plus précisément aux poteaux qui les supportent.

Pour rappel, une centaine de caméras de vidéosurveillance sont installées dans les rues de Nantes depuis le mois d’avril. Un centre de supervision urbain pilote toutes ces caméras, répartis dans différents quartiers.