Face-à-face entre des lycéens et les forces de l'ordre sur la place du Capitole de Toulouse, le 3 décembre 2018.
Face-à-face entre des lycéens et les forces de l'ordre sur la place du Capitole de Toulouse, le 3 décembre 2018. — B. Colin / 20 Minutes

MOBILISATION

Mouvement des lycéens: Les policiers du renseignement s'inquiètent des violences commises

Dans une note que s’est procurée « 20 Minutes », la direction du renseignement de la préfecture de police remarque que « le mouvement militant est éclipsé par des actes de plus en plus violents de guérilla urbaine »…

Voitures renversées et incendiées, personnels visés par des jets de pierres…. Mardi, la mobilisation des lycéens a été marquée par de nombreux incidents en Ile-de-France, où 87 établissements ont été impactés, dont six à Paris. « La très grande majorité des lycéens ne s’est mobilisée que pour bloquer leur établissement et éventuellement en découdre avec les forces de l’ordre », remarque la DRPP (direction du renseignement de la préfecture de police), dans une note datée du 4 décembre, révélée par LCI et portée à la connaissance de 20 Minutes.

« A aucun moment, les revendications lycéennes n’ont été affichées : ni protestation contre la réforme des lycées, ni soutien aux gilets jaunes », observent les auteurs de cette note. En revanche, ils soulignent qu’à « l’instar du mouvement des gilets jaunes, passant en boucle sur les chaînes d’information continue, le mouvement militant est éclipsé par des actes de plus en plus violents de guérilla urbaine ». Une centaine de personnes ont ainsi été interpellées, mardi, en marge des débordements observés.

Des violences qui se poursuivent

Selon ces policiers spécialisés dans le renseignement, la Seine-Saint-Denis et les Hauts-de-Seine ont été particulièrement impactés par les violences. A Cachan et à Villiers-le-Bel, des véhicules ont été retournés, certains ont même été incendiés. « Des pierres ont été projetées sur le personnel et les façades des lycées » de la Courneuve et d’Aubervilliers. A Colombes, un établissement a été évacué suite à un départ de feu dans les toilettes. Dans l' Essonne, les forces de l’ordre ont reçu des projectiles et des palettes ont été incendiées à Evry et Ris-Orangis.

Ce jeudi, les violences se poursuivent. 146 personnes ont été interpellées devant un lycée de Mantes-la-Jolie après des incidents, a indiqué à l’AFP le commissaire de la ville. D’autres actions sont d’ores et déjà prévues dans les prochains jours dans la région. La DRPP remarque notamment que l’union nationale syndicale et démocratique (UNL-SD) annonce « un mardi noir dans les lycées, pour exiger de vraies mesures éducatives », organisé le 11 décembre prochain.