Loiret: Un adolescent grièvement blessé par un tir de lanceur de balle de défense lors du blocage d'un lycée

INCIDENT Le rectorat n’a, pour l’instant, pas été en mesure de préciser si le jeune homme était scolarisé au lycée Jean Monod, où les faits se sont déroulés... 

M.A. et H.S. avec AFP

— 

Une voiture de la police nationale (Illustration)
Une voiture de la police nationale (Illustration) —

Son pronostic vital n’est pas engagé. Alors qu’il participait au blocage d’un lycée à Saint-Jean-de-Braye (Loiret), ce mercredi matin, un adolescent de 16 ans a été grièvement blessé par un tir de lanceur de balle de défense (LBD), a appris 20 Minutes auprès du rectorat de l’académie d’Orléans-Tours.

« Un certain nombre de jeunes étaient en train de commettre des dégradations devant le lycée Monod (…) Certains jeunes sont venus au contact, les policiers nationaux ont d’abord fait usage de gaz lacrymogène avant que l’un d’eux n’utilise son lanceur de balle de défense. Un jeune âgé de 16 ans a visiblement été touché au front et a chuté au sol », a précisé le procureur de la République d’Orléans, Nicolas Bessone.

« Ils nous mettaient la pression »

Une version niée en bloc par deux adolescents scolarisés en classe de 1ere au lycée Monod, tous deux témoins de la scène. « La plupart des lycéens qui participaient au blocus sont arrivés vers 7h30 ce matin en bus. On était assez nombreux mais c’était calme. Vers 8h30, les policiers sont arrivés, ils se sont préparés, positionnés devant nous. Ils nous mettaient la pression, avançaient vers nous, faisaient semblant de tirer », raconte Baptiste, l’un des lycéens contactés par 20 Minutes.

Après une accalmie, un groupe d’adolescents se serait positionné à proximité de l’arrêt de Tramway Léon Blum. « On devait être à 20 mètres des policiers, mais on faisait rien. Et puis on a vu un policier tirer en l’air avec son [LBD] », poursuit le garçon. L’un des élèves du groupe est touché au front : « Il avait le front plein de sang. Y avait un trou. On a crié aux policiers d’arrêter, qu’il y avait un blessé mais ils nous ont envoyé du gaz lacrymogène. On s’est précipité pour porter l’élève, l’emmener sur le côté et appeler les pompiers. Il était quasiment inconscient quand ils sont arrivés, il perdait beaucoup de sang. »

Une enquête ouverte et confiée aux policiers de la sûreté départementale

Le jeune homme aurait été atteint à l’arcade par un tir de lanceur 40, un lanceur de balle de défense. Transporté à l’hôpital de la Source à Orléans, son pronostic vital n’est pas engagé. Les circonstances précises de l’accident n’ont, pour le moment, pas encore été déterminées. Le rectorat n’a, pour l’instant, pas été en mesure de préciser si le jeune homme était scolarisé au lycée Jean Monod.

« J’ai ouvert une enquête, confiée aux policiers de la sûreté départementale, pour déterminer dans quelles circonstances a été fait usage de ce lanceur de balle de défense », a déclaré le procureur.