Immeubles effondrés à Marseille: L'octogénaire décédée en marge d'une manifestation avait «une santé fragile»

FAITS DIVERS Elle est morte à l’hôpital après avoir été touchée par une grenade lacrymogène de dotation policière…

J.S.-M.

— 

La manifestation contre l'habitat indigne, samedi, a dégénéré à Marseille.
La manifestation contre l'habitat indigne, samedi, a dégénéré à Marseille. — C. Paris / AP / SIPA

Zineb Redouane avait 80 ans. Samedi, elle a été touchée par une grenade lacrymogène alors qu’elle refermait les volets de son appartement, tout proche de la Canebière, à Marseille​. Dimanche, elle est décédée à l’hôpital, d’un « choc opératoire », selon les premiers éléments de l’autopsie.

« Le choc facial [avec la grenade lacrymogène] n’est pas la cause du décès », assure le procureur Xavier Tarabeux. Zineb Redouane était une octogénaire « à la santé » fragile, selon l’avocat Salim Moussa, qui défend une amie de la victime. A l’AFP, il a déclaré que Zineb Redouane « était en train de fermer ses volets pour éviter les fumées de bombes lacrymogènes. » Et à La Provence, il assure « qu’avant d’être touchée, elle allait bien ».

« Utilisation excessive et injustifiée »

Toujours dans le quotidien régional, un commerçant du quartier assure que la vieille dame ne « descendait de son appartement que pour faire les courses puis qu’elle remontait aussitôt chez elle ».

Lors de la manifestation de samedi, les CRS se sont retrouvés en sous-nombre dans les petites rues aux abords de la Canebière. Des grenades ont été tirées « dans tous les sens », assurent des témoins. La sénatrice socialiste Samia Ghali évoque une « utilisation excessive et injustifiée de la force publique ».