Toulouse: Accusés à tort d'un viol collectif sur les réseaux sociaux, ils contre-attaquent

LYNCHAGE Deux jeunes hommes, accusés à tort sur les réseaux sociaux d'être les auteurs du viol collectif filmé à Balma, ont décidé de porter plainte pour «dénonciation calomnieuse»...

B.C.

— 

Un enquêteur de la gendarmerie spécialisé dans la cybercriminalité.
Un enquêteur de la gendarmerie spécialisé dans la cybercriminalité. — M. Libert / 20 Minutes

Durant plusieurs jours, leur photo a circulé sur les réseaux sociaux, certains les accusant d’être à l’origine du viol collectif filmé survenu sur le parking d’une discothèque, à Balma, dans la banlieue de Toulouse.

Deux jeunes Toulousains ont décidé de saisir la justice pour être réhabilité après ce lynchage en ligne indique Le Parisien. L’avocat de Rayane et Demba, Maître Sylvain Cormier, doit porter plainte pour « dénonciation calomnieuse » et « atteinte à la vie privée ».

Après la diffusion de la vidéo du viol sur les réseaux sociaux, des internautes se sont mis en tête de rechercher les suspects. Et la photo de cinq jeunes hommes était apparue sur les réseaux, faisant d’eux les suspects désignés du viol. Ils s’étaient présentés d’eux-mêmes à la gendarmerie pour être mis hors de cause.

Un jeune homme disculpé par la victime

Une photo reprise en boucle et devenue virale. Au point que l’un des mis en cause avait pris contact avec la victime de 19 ans. Ils avaient tourné ensemble une vidéo sur Instagram où la jeune femme le disculpait arguant qu’il ne fallait pas « faire d’amalgame » et ne pas « confondre les gens ».

Sur cette vidéo, le jeune homme avait clairement indiqué qu’il allait porter plainte pour diffamation.

Depuis le début de l’enquête, quatre hommes ont été mis en examen​ pour viol, un cinquième pour avoir filmé l’agression.