Lyon: Les policiers saisissent 18 kilos de cannabis chez lui, le dealer en avait déjà écoulé 120 kilos

DROGUE Le jeune homme, déjà connu des services de police pour tafic de drogue, doit être jugé ce lundi...

C.G.
— 
Les policiers ont saisi 18,5 kilos de résine de cannabis chez le dealer, soupçonné d'en avoir déjà écoulé 120 kilos. (illustraion
Illustration d'une saisie de résine de cannabis, ici à Bordeaux en 2012.
Les policiers ont saisi 18,5 kilos de résine de cannabis chez le dealer, soupçonné d'en avoir déjà écoulé 120 kilos. (illustraion Illustration d'une saisie de résine de cannabis, ici à Bordeaux en 2012. — PIERRE ANDRIEU / AFP

Les policiers l’ont pris la main dans le sac. Au sens propre comme au sens figuré du terme. Un jeune homme de 22 ans a été interpellé le 15 novembre dans le quartier des Minguettes à Vénissieux, située dans la banlieue de Lyon. Une surveillance avait été mise en place à la suite d’un renseignement anonyme dénonçant un trafic de stupéfiants, indique ce lundi la Sûreté du Rhône.

Le groupe de lutte contre les stupéfiants et l’économie souterraine de la division centre de Lyon a donc commencé à s’intéresser aux faits et gestes de l’individu, « sans profession » et « déjà défavorablement connu » pour des affaires de drogue.

Près de 6.000 euros en espèces

Le 15 novembre, les enquêteurs assistent ainsi en direct à la livraison d’un client, venu se ravitailler à bord d’une voiture Audi A3, immatriculée en Suisse. « Il n’était pas possible d’intercepter le véhicule en raison de sa puissance et dans des conditions de sécurité optimale », assure la Sûreté du Rhône. Et d’ajouter : « Il a donc été décidé d’intervenir en flagrant délit chez le trafiquant ».

Lors de la perquisition, les policiers mettent ainsi la main sur cinq emballages de type « valise marocaine ». Quatre sont vides mais ont contenu environ 30 kilos de résine de cannabis chacun. Le dernier n’est pas tout épuisé. Il reste 18,5 kilos que les enquêteurs vont saisir ainsi que 5.900 euros en espèces. Le jeune homme a affirmé qu’il servait de nourrice pour une tierce personne. Ce qui n’a pas convaincu la police possédant de plusieurs « indices relevés à son encontre ». Il devait être jugé ce lundi après-midi en comparution immédiate.