«Appels à la purge» sur les réseaux sociaux: L'auteur isérois va-t-il porter plainte contre Christophe Castaner?

HALLOWEEN Le jeune homme de 19 ans doit être jugé dans trois semaines pour « provocation, non suivie d'effet, au crime ou délit »...

L.Gam.

— 

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner.
Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. — NICOLAS MESSYASZ / SIPA

« Son intention idiote, c’était de créer le buzz pour avoir plus d’amis sur les réseaux sociaux ». D’après les informations de France Bleu Isère, l’auteur d’un appel à la purge des policiers sur les réseaux sociaux, la nuit d'Halloween, serait sur le point de porter plainte contre le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Son avocat, Me Ronald Gallo, affirme qu' « il a des relations tout à fait normales avec la police, il n’a jamais eu l’intention de lui faire du mal ».

Etudiant en économie-gestion à Grenoble, le jeune homme de 19 ans doit être jugé dans trois semaines pour « provocation, non suivie d’effet, au crime ou délit ». Mais l’étudiant, qui a rapidement affirmé en ligne qu'il s'agissait d'une blague, a été pris dans une spirale. « Il s’est laissé aller à un mouvement dont il n’a pas l’initiative, ce n’est pas lui qui créée son histoire de purge parce que ça ne lui ressemble pas du tout ». Et ne comprend donc pas pourquoi il est l’objet de cette cabale, de « cette réaction disproportionnée du ministre de l’Intérieur, des médias », comme il l’a assuré à son avocat.

Une initiative « culottée » mais encore sans qualification juridique

Il a donc clairement assuré à son conseil qu’il souhaitait déposer une plainte contre le ministre de l’Intérieur, lui-même. Une initiative « culottée » pour Me Ronald Gallo « mais en même temps : est-ce que le ministre de l’intérieur n’est pas lui aussi culotté en disant qu’il veut faire poursuivre tel ou tel jeune homme. On savait que les magistrats du parquet n’étaient pas indépendants, mais là, le ministre de l’Intérieur le dit clairement ».

Cependant, Me Gallo affirme à France Bleu Isère qu’il n’a pour l’instant « pas encore vérifié la qualification juridique qui pourrait justifier une telle plainte ».