Manifestation des ambulanciers sur le périphérique parisien: 14 interpellations

PARIS Ils ont été interpellés pour participation délictueuse à un attroupement, entrave à la circulation et obstacle à l'enlèvement, selon la préfecture de police...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'une ambulance
Illustration d'une ambulance — LEWIS JOLY/JDD/SIPA

Le périphérique parisien a été de nouveau bloqué mardi matin au deuxième jour d'une mobilisation d'ambulanciers. Certains d'entre eux sont restés la nuit et une bonne partie de la matinée sur le périphérique, notamment vers la porte de Bercy, avant l'intervention des CRS.

Au total, 14 ambulanciers ont été interpellés pour participation délictueuse à un attroupement, entrave à la circulation et obstacle à l'enlèvement, selon la préfecture de police. Une ambulance a également été enlevée et mise à la fourrière. Le blocage a été levé à 10h35.

«La goutte d'eau qui a fait déborder le vase»

Dans la ligne de mire des manifestants, l'article 80 du projet de budget de la sécurité sociale 2017, entré en vigueur le 1er octobre 2018. Depuis cette date, la prise en charge des transports des patients revient directement aux hôpitaux et cliniques plutôt qu'à l'Assurance maladie, tout comme le choix des ambulances privées, auparavant réservées aux patients.

«C'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase», a affirmé Olivier Meraud, directeur des ambulances Brie Comte Robert, en Seine-et-Marne. Il cite, pêle-mêle «la hausse des prix du gasoil, la tarification des transports qui n'a pas été revalorisée depuis 2013, les normes».

Le mouvement, auquel ne participaient pas les principales fédérations du secteur, est parti de coordinations de terrain, mené par l'Association pour la défense du transport sanitaire (ADTS), créé il y a un mois. «Les syndicats ne nous représentent pas», selon M. Menaud, qui a participé au mouvement lundi, «car légal et déposé en préfecture», mais n'est pas resté jusqu'à mardi matin.