Une télécommande permettait aux voleurs de se servir gratuitement (illustration).
Une télécommande permettait aux voleurs de se servir gratuitement (illustration). — M.Libert / 20 Minutes

JUSTICE

Oise: Ils volaient du carburant à l'aide d'une «télécommande pirate»

La bande de malfaiteurs avait dégoté une sorte de télécommande permettant de pirater le système informatique des pompes et de les passer en mode maintenance...

Mercredi dernier, un individu a été condamné par le tribunal correctionnel de Beauvais pour des faits de vol de carburant. Selon Le Courrier Picard, ses complices et lui utilisaient une télécommande pour se servir gratuitement dans certaines stations-service.

Alors que les voix sont nombreuses à s’élever contre la hausse des taxes sur les carburants, une équipe de malfaiteurs avait monté un petit business certainement très lucratif. Leur mode opératoire est beaucoup plus élaboré que le simple fait de se servir et partir sans payer. La bande avait dégoté une sorte de télécommande permettant de pirater le système informatique des pompes et de les passer en mode maintenance. Une fois activé, ce mode laissait le champ libre aux malfaiteurs pour emporter autant de carburant qu’ils le souhaitaient.

Il remplit une cuve de 2.000 litres

Les gendarmes de l’Oise ont expliqué à nos confrères qu’ils avaient commencé à observer des vols de ce type dès le milieu de l’année 2017. Mais ce n’est que lundi dernier, en pleine nuit, que les militaires ont pu mettre la main sur un voleur utilisant cette technique de la télécommande. Une patrouille de gendarmerie a surpris un individu qui remplissait tranquillement une cuve de 2.000 litres installée dans sa camionnette à la station-service du Leclerc de Crèvecœur-le-Grand. L’homme a été interpellé et condamné à de la prison ferme.

Mais l’examen des bandes de vidéosurveillance a permis de déterminer que l’homme n’agissait pas seul. Au moins un complice était chargé de désactiver les pompes avec la fameuse télécommande. Et la même camionnette a été observée, avec un chauffeur différent, dans une autre station ayant subi un vol de 3.000 litres d’essence. Les complices présumés de l’individu courent toujours.