Le Havre: Quatre adolescents convoqués par le juge après avoir braqué deux professeurs avec des armes factices

PLAINTE Trois adolescents ont été arrêtés, le quatrième s'est constitué prisonnier...

L.Br.
— 
Les locaux de la police au Havre (image d'illustration).
Les locaux de la police au Havre (image d'illustration). — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Après les menaces d'un élève avec une arme factice sur une professeure de Créteil, un autre établissement scolaire a porté plainte pour des faits similaires, révèle Le Parisien. Dans un lycée du Havre, quatre lycéens sont accusés d’avoir braqué leurs professeurs avec des armes factices. Ils ont été placés en garde à vue et convoqués devant le juge.

Les faits se sont déroulés le 4 octobre dernier. Quatre adolescents de 15 à 16 ans ont menacé leur professeur de mathématiques avec un pistolet factice, avant de s’en prendre à leur professeur d’anglais au lycée Schuman-Perret au Havre. Les quatre mineurs, nés en 2002, ont été interpellés jeudi matin. Lors des perquisitions, des « armes factices ont été saisies » chez eux. Ils ont été remis en liberté en fin de journée et « seront convoqués devant un juge des enfants début décembre », a déclaré à l’AFP François Gosselin, procureur de la République du Havre.

Des excuses aux professeurs

« Trois d’entre eux sont poursuivis pour violences avec armes sans incapacité de travail et le quatrième pour avoir diffusé la scène sur les réseaux sociaux », a indiqué le magistrat. « Les interpellations font suite à la plainte du proviseur déposée le 22 octobre dernier », a-t-il précisé. Sollicité vendredi matin, le proviseur n’a pas souhaité s’exprimer, renvoyant vers le Rectorat. Contacté ensuite à plusieurs reprises par l’AFP, ce dernier n’avait toujours pas répondu en fin de matinée.

« A ce stade, je ne pense pas que l’on puisse parler d’une agression violente. Nous sommes plutôt face à un comportement inapproprié », a estimé le procureur, précisant que « les professeurs visés ne s’étaient pas sentis menacés ».

Le proviseur avait réglé l’affaire en interne avec un rapport et les quatre élèves se sont excusés auprès de leurs professeurs. C’est à cause de la diffusion d’images montrant un élève de Créteil braquant sa professeure que le proviseur de l’établissement a finalement décidé de porter l’affaire devant la justice.