Une voiture de police à Marseille (illustration).
Une voiture de police à Marseille (illustration). — Amandine Rancoule / 20 Minutes

FAITS DIVERS

Marseille: Armé, un jeune homme tente d'entrer dans un lycée des quartiers Nord

Ce jeune homme a pointé une arme de poing vers un élève de 17 ans du lycée La Calade qui sortait de cours…

Le 15 octobre dernier, vers 15 h 30, un jeune homme dont l’âge n’est pas déterminé est arrivé à scooter devant le lycée professionnel La Calade, dans le 15e arrondissement de Marseille. Le jeune homme a alors pointé une arme de poing vers un élève de cet établissement des quartiers Nord​, a appris l’AFP. Ce lycéen venait de sortir de cours et a rebroussé chemin pour tenter de se réfugier dans le bâtiment.

L’adolescent de 17 ans a réussi à se mettre l’abri alors que son poursuivant est resté bloqué dans le sas d’entrée, sans pouvoir pénétrer à l’intérieur du lycée. Il est reparti et a pris la fuite.

« Un pistolet automatique peut-être »

Une enquête a été initiée le 17 octobre dernier après la plainte déposée par le lycée. La nature de l’arme brandie reste à déterminer. « Un pistolet automatique peut-être, affirme une source policière à l’AFP. Mais impossible de dire avec certitude si elle était factice ou non. »

D’après les premiers éléments de l’enquête, le jeune homme armé était accompagné d’un complice, peut-être pour solder une embrouille entre la victime et un autre lycéen, également âgé de 17 ans. Placé brièvement en garde à vue, ce dernier, impliqué dans une « altercation verbale » le matin même, a nié le moindre rôle dans l’agression de l’après-midi, affirmant ne connaître ni la personne armée ni celui qui l’accompagnait.

La situation a été dénoncée à l’AFP par un professeur sous le sceau de l’anonymat. Cet enseignant affirme vouloir « briser l’omerta », dans le sillage de l'affaire de Créteil et de cette professeure de la banlieue parisienne menacée par un de ses élèves avec une arme factice, en pleine classe. « "Pas de vague", "bienveillance" : ça fait dix ans que j’entends ça quand nous devons faire face à un problème », proteste le professeur.

​​​​