Affaire Nordahl Lelandais: La thèse du tueur en série s'éloigne, selon les enquêteurs

ENQUETE Les enquêteurs de la cellule Ariane n’ont, pour l’instant, pas trouver d’éléments permettant de rattacher Nordahl Lelandais à d’autres affaires de disparitions ou de meurtres non élucidés…

Thibaut Chevillard

— 

Le corps de Maëlys, 8 ans, avait été retrouvé dans le massif de la Chartreuse suite aux aveux de Nordahl Lelandais
Le corps de Maëlys, 8 ans, avait été retrouvé dans le massif de la Chartreuse suite aux aveux de Nordahl Lelandais — ALLILI MOURAD/SIPA/1802150721
  • Nordahl Lelandais a été mis en examen pour le meurtre de Maëlys De Araujo, 8 ans, et pour l’assassinat d’Arthur Noyer, 24 ans.
  • Une cellule composée d’enquêteurs de la gendarmerie tente d’établir des liens entre le suspect et d’autres dossiers de disparitions ou de crimes non élucidés.
  • Pour l’instant, ils n’ont découvert aucun élément permettant de le rattacher à d’autres affaires.

Ils ont abattu un travail colossal. Sur les 900 dossiers qui leurs sont parvenus, environ 800 ont déjà été examinés par les gendarmes de la cellule Ariane, créée mi-janvier au pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise (Val-d’Oise). Ces sept enquêteurs chevronnés, venant du service central du renseignement criminel, décortiquent méticuleusement la vie de Nordahl Lelandais. Ils tentent de déterminer si l’ancien militaire, mis en examen pour le meurtre de Maëlys De Araujo, 8 ans, et pour l’assassinat d’Arthur Noyer, 24 ans, peut être impliqué dans d’autres crimes ou disparitions inexpliqués.

Neuf mois après le début de leurs recherches, les gendarmes « n’ont pas trouvé d’éléments » permettant de rattacher Nordahl Lelandais, 35 ans, à d’autres affaires, explique une source proche du dossier. « Pour l’instant, il semble avoir agi à l’occasion de rencontres fortuites. Il n’y a pas de fil conducteur. Il n’avait pas prévu de rencontrer Maëlys lors de ce mariage, il a croisé Arthur Noyer après une soirée. Ce n’est pas quelqu’un qui a planifié ses actions. Par contre, il s’organise après », poursuit ce bon connaisseur de l’affaire, précisant que les premiers dossiers ont été écartés relativement facilement.

« On prend toutes ses affaires avec beaucoup de sérieux »

Nordahl Lelandais a notamment été mis hors de cause dans la disparition d’Estelle Mouzin, en mars 2003, ou d’Adrien Mourialmé, en juillet 2017. Restent les dossiers qui nécessitent plus de travail aux enquêteurs pour exclure définitivement la piste Lelandais. Après qu’il a avoué avoir tué Maëlys en août 2017, puis avoir frappé Arthur Noyer lors d’une bagarre, de nombreuses familles de disparus veulent savoir s’il n’a pas pu croiser le chemin de leur proche. En mars dernier, l’association ARPD (Assistance et recherche de personnes disparues) comptabilisait 19 cas de disparitions mystérieuses qui pourraient, selon elle, avoir un lien avec lui.

Des informations étudiées avec attention par les enquêteurs. « On prend toutes ses affaires avec beaucoup de sérieux », avait expliqué sur Europe 1 le général Jean-Philippe Lecouffe, sous-directeur de la police judiciaire de la gendarmerie nationale. « Notre préoccupation constante, ce sont les victimes et leurs familles. Alors à chaque fois que des informations nouvelles nous sont apportées sur une disparition inexpliquée, on prend les dossiers, on les travaille », ajoutait le haut gradé. Les jours de la cellule sont comptés : une fois que l’ensemble des dossiers aura été traité, elle sera dissoute.