Affaire Grégory: Après ses lettres au procureur, le corbeau a menacé de mort deux autres magistrats

ENQUETE Après les lettres anonymes reçues par le procureur de Dijon (Côte-d’Or) depuis la relance de l’affaire Grégory, les enquêteurs ont appris que ses empreintes ont été retrouvées dans d’autres menaces à des magistrats…

Bruno Poussard

— 

L'affaire du petit Grégory a été relancée en 2017, 30 ans après. Illustration
L'affaire du petit Grégory a été relancée en 2017, 30 ans après. Illustration — 20 minutes - Slideshow

Depuis 2017 et la relance de l’affaire Grégory, le procureur général de Dijon (Côte-d’Or) chargé du dossier a reçu trois courriers anonymes accompagnés de menaces de mort. Après l’ouverture d’une enquête pour menaces de mort sur magistrat en début d’année, les gendarmes ont demandé des analyses ADN des empreintes trouvées sur ces lettres.

Comme l’a révélé Le Parisien dimanche, les enquêteurs ont récemment réceptionné les résultats. S’ils n’ont pas découvert l’identité du corbeau (pas inscrit au fichier national des empreintes génétiques), ils ont appris que ses empreintes sont reliées à deux affaires de lettres de menaces envers des magistrats chargés d’affaires médiatiques dans l’Est.

 

Un passionné d’affaires judiciaires médiatiques ?

Pour les gendarmes, le corbeau n’est donc sûrement pas un personnage de l’affaire Grégory. Mais peut-être plutôt « un passionné d’énigmes judiciaires un peu déséquilibré » selon une source proche de l’enquête au quotidien. « Pour le petit, tu ne sauras jamais la vérité. Y’a un sac qui t’attend », avait-il notamment écrit dans une lettre,

 

rédigée de la même manière que celles du corbeau dans les années 1980.